Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

Les associations sportives



Coup de raquette réussi pour le Club de badminton

bonneexcuse

Les samedi 19 et dimanche 20 octobre, le Club de badminton organisait un tournoi à échelle nationale : la Plume châtillonnaise.
Un événement qui a rassemblé près de 230 joueurs !

Si la météo n’était pas à la fête ce week-end, c’était une aubaine pour les membres du Club de badminton. En effet, le samedi 19 et le dimanche 20, un beau spectacle sportif était proposé à tous les Châtillonnais dans les gymnases Jean Roblin et de la Communauté de communes. Un grand espace prêté par la Commune afin que le Club puisse organiser ce tournoi exceptionnel où, pour la première fois, des joueurs classés jusqu’en niveau national 2 et 3 pouvaient participer. Pour information, au badminton, il existe quatre niveaux de classement (Promotion, Départemental, Régional, National, subdivisés en différentes séries).
Dix terrains de jeux ont été délimités spécialement pour l’occasion. Dès le matin très tôt, les matchs ont débuté en simple et en mixte le samedi. En double, le dimanche.
En tout, quatre ligues étaient représentées pour ce tournoi : Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Bourgogne-France-Comté et Nouvelle-Aquitaine pour 48 clubs issus de 16 départements différents. Pendant le week-end, 222 joueurs ont foulé les sols des gymnases et 345 matchs ont été disputés.
Autant dire que l’événement a rassemblé du monde !
Pour cette édition, 25 joueurs châtillonnais ont participé. Certains ont sorti leur épingle du jeu puisqu’ils se sont hissés jusqu’en finale : Aurore Ferlat et Aurélien Mannello (mixte série P) et Lucas Trouvé (simple série D8/D9).
Jeremy Lallemand et Eric Rudowski, les deux entraîneurs, remportent le double hommes en série P.


De la danse à Châtillon, c’est « presque » possible…

bonneexcuse

Mai et juin 2018, Claire Bouchard, danseuse professionnelle, a ouvert des cours de danse moderne-jazz à Châtillon. Des cours qu’elle suspend 2 mois plus tard, faute de participants.

Deux voire trois, c’est le nombre d’enfants qui ont fréquenté les cours proposés par Claire en mai et juin derniers. Il en aurait fallu juste deux ou trois de plus pour que l’activité soit maintenue dans la Ville.
En effet, depuis quelques années, plus aucune association ne propose de la danse à Châtillon. L’association « Les Sylphides » est en sommeil depuis un moment et personne n’a vraiment eu le goût de la relancer.
Claire et son équipe de bénévoles, membres de l’association « Jazz fusion » implantée à Gien ont, eux, eu l’envie de réintroduire la danse dans la Commune. Sans grand succès.
Un peu déçue mais pas désespérée, Claire veut continuer. C’est pourquoi, elle a proposé de s’associer aux tickets sports culture et loisirs initiés par la Municipalité.
Ainsi, pour les vacances de Noël et pendant les vacances d’hiver, les enfants ont pu et pourront découvrir cette pratique. Une fois encore, elle n’a vu que deux enfants y participer. Elle espère pourtant que la prochaine session sera plus plébiscitée !
Pour que cela soit rentable pour l’Association et pour la professeure, qui, rappelons-le est professionnelle et diplômée d’Etat dans ce domaine, il faudrait un minimum de 6 élèves par cours. Sachant qu’elle proposait deux cours et que si elle devait réitérer, il en serait de même. Douze enfants donc qui voudraient s’initier à la danse !
Sur plus de 300 élèves à l’Ecole et autant au Collège, autant dire que c’est peu et que ce ne serait pas bien difficile à trouver.
Passionnée depuis l’âge de 5 ans où elle a découvert la danse à Gien, d’abord en rythmique puis en classique et, enfin, en moderne-jazz, celle qu’elle enseigne désormais, Claire propose de multiples façons d’appréhender le sport, adaptées à l’âge des enfants qui le pratiquent.
Pour les enfants de 5 à 8 ans, elle propose de découvrir la danse en passant par l’éveil et l’initiation. A travers des jeux qui passent par la musique, le miroir, elle leur permet d’aborder l’espace, de prendre le temps d’écouter la musique. A chaque fin de cours, elle leur apprend une petite chorégraphie.
Pour les enfants de 8 à 10 ans, elle propose des exercices, le travail d’une chorégraphie avec un peu plus de technique.
« Je cherche vraiment à adapter mes cours en fonction de l’âge des enfants de façon à ne pas les dégoûter de la danse qui est très technique ».
Le coût de cette activité s’élève à 284 euros pour une année, avec possibilité de régler au trimestre et même de façon plus étalée pour ceux qui le souhaitent.