Autry-le-châtel

Autry-le-châtel

A quelques kilomètres de la Loire et en bordure de la grande forêt de Saint-Brisson, le village d’Autry-le-Châtel est traversé par la rivière de la Notre-Heure (ou Notreure) qui joue à cache-cache derrière les bâtisses anciennes. Dominé par l’église bâtie sur une hauteur, le village est parcouru de petites rues et de placettes ponctuées de ponts de pierre.

Les rives de la Notre-Heure, une rivière poissonneuse aux eaux claires, était autrefois bordées de nombreux moulins à aube dont plusieurs ont traversé les siècles et donnent leurs curieux noms aux fermes et aux hameaux voisins, le Moulin Brûlé, le Chétif Moulin ou le Moulin aux Nains. Ces moulins produisaient autrefois farine, tan et sablon. Certains d’entre eux sont encore en état de marche. Dans le bas du village, la Notre-Heure alimente un petit lavoir dont la charpente de bois s’appuie sur des pierres taillées.

Le Vieux Château, qui donna son nom à la commune, n’existe malheureusement plus. Mais il demeure son porche d’entrée monumental du XIIe siècle, dont les vieilles pierres sont réputées changer de couleur selon les inclinaisons des rayons du soleil.

Bâti au XVe siècle au bord de la rivière dans un magnifique parc, le Petit Château a accueilli Madame de Sévigné au cours de ses voyages comme en témoigne une lettre de la marquise datée du 1er octobre 1677. Des maisons du XVIe et XVIIe siècle peuvent également être admirées dans la rue du Tonnerre. L’église date du XIXe siècle. Elle porte la devise républicaine « Liberté Egalité Fraternité » à son fronton.

Situé au nord du Pays-Fort, à la limite de la Sologne et du Berry, Autry-le-Châtel a su conserver ses chemins creux, ses haies sauvages et ses vieux arbres. Sur les bords de la Notre-Heure ou autour du plan d’eau des Coudreaux, il fait bon se promener en toutes saisons.

Haut de page