Le collège Pierre Dezarnaulds

Les images de la course contre la faim

Après leur voyage à Verdun, les collégiens ont reçu la visite de la Fédération Maginot

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, ce vendredi 19 mai, des milliers d’enfants couraient contre la faim dans toute la France. A Châtillon aussi, les élèves ont remonté leurs manches et enfilé leurs baskets pour la bonne cause !

En tout, 459 enfants, toutes classes confondues y compris les élèves de CM1 et CM2 de l’Ecole primaire et les enfants des écoles de Pierrefitte-ès-Bois et Autry-le-Châtel, ont couru contre la faim. Dans le département du Loiret, ce sont 4000 élèves qui ont participé et sur la France entière cela représente près de 280 000 élèves. Un nombre important d’enfants qui ont œuvré pour une très noble cause.
C’est en soutien à l’association humanitaire « Action contre la faim » que les jeunes de Châtillon ont effectué un parcours de 900 mètres renouvelé autant de fois que possible. Plus ils faisaient de tours plus la somme d’argent récoltée était importante.
En amont, les parents pouvaient aussi parrainer et faire des dons pour l’Association.
A l’extérieur, devant le collège (côté avenue de la République) où les enfants couraient, les professeurs étaient venus nombreux les encourager et les ravitailler en eau.
Yves Curé, le délégué de l’association « Action contre la faim » pour le Loiret, était aussi sur place. Très heureux de voir autant d’investissement de la part des élèves et de leurs professeurs.
Cette année, l’aide sera en faveur de l’Ethiopie. L’un des pays d’Afrique les plus pauvres et les plus touchés par la malnutrition. Ainsi, le pays pourra bénéficier de nourriture et d’un accès ponctuel à l’eau potable. Le but étant, à terme, de rendre les éthiopiens autonomes. L’année passée, plusieurs milliers d’euros avaient été versés à Haïti grâce à la solidarité et à l’investissement de tous.
Par chance, les enfants ont échappé à la pluie et ont pu courir sous un ciel plutôt clément.

Après leur voyage à Verdun, les collégiens ont reçu la visite de la Fédération Maginot

Après leur voyage à Verdun, les collégiens ont reçu la visite de la Fédération Maginot

Après un voyage de deux jours à Verdun au début du mois d’avril, les élèves de troisième du collège Pierre Dézarnaulds ont reçu la visite de la Fédération Maginot. Nicole Couteau, la présidente du groupement 47 était venue partager, avec eux, l’expérience de leur séjour et a remis au principal, un chèque de 2000 euros pour financer le voyage.

C’est accompagnée de Joël Daniel et Claude Douineau, respectivement porte-drapeau et membre de la Fédération que Nicole Couteau s’est rendue au collège le vendredi 7 avril.
L’objet de sa venue : remettre un chèque au collège pour aider à financer leurs deux jours passés à Verdun. Mais pas que…
Elle a tenu, tout d’abord, à rappeler l’histoire de la Fédération Maginot qui est, à ce jour, la plus ancienne association d’anciens combattants.
La Fédération a pour but de mettre à l’honneur les anciens combattants et de défendre les droits de tous. C’est après le décès de son papa qui avait été prisonnier pendant la seconde guerre mondiale que Nicole Couteau a décidé de prendre la relève à la Présidence, en sa mémoire.
Avec une grande émotion, elle nous a parlé de la bataille de Verdun, de la guerre et des soldats morts au combat. Cette même émotion ressentie la plupart des élèves qui s’étaient rendus.
« C’est impressionnant de voir qu’il reste autant de traces de la guerre cent ans après. Le paysage a été si bouleversé » se souvient un élève.
Une jeune fille, elle, a été marquée par la quantité de tombes.
C’est justement ce dont ils devront s’inspirer pour rédiger un devoir sur le thème de la guerre.
Car, chaque année, la Fédération Maginot invite les élèves lauréats à un salon d’honneur qui se tient à Paris.
Là, les meilleurs sont récompensés et passent la journée avec les membres de la Fédération. S’ils le souhaitent, ils peuvent aussi accompagner le cortège jusqu’à l’Arc de Triomphe où la flamme du soldat inconnu est rallumée.
Les jeunes Châtillonnais ont donc du travail devant eux.

"Vivre, survivre et mourir dans les tranchées" : la conférence de Guy Brucy au collège

Vivre, survivre et mourir dans les tranchées : la
conférence de Guy Brucy au collège Vivre, survivre et mourir dans les tranchées : la
conférence de Guy Brucy au collège

Le jeudi 10 novembre, Guy Brucy, historien, conférencier et membre de l'association Castellio, donnait une conférence au collège Pierre Dézarnaulds. Celle-ci avait été organisée à la demande de Pascale Estienne, documentaliste et Pascal Denamiel, le proviseur.
Ouverte à tous, elle a réunit une quarantaine de personnes, enfants et adultes confondus. Guy Brucy est entré en matière en expliquant comment et pourquoi ont été faites les premières tranchées. S'en sont suivies, des informations très précises concernant le système complexe des tranchées, des boyaux et des abris. Le public a, ensuite, appris ce qu'était le quotidien des hommes au sein des tranchées. De l'aménagement au combat en passant par la nourriture sans oublier le fléau de l'hygiène : les rats, les puces, la crasse. A ce sujet, il a d'ailleurs cité plusieurs témoignages de soldats tirés de lettres écrites à leurs proches. Voici un extrait de celui de Charles Hawk : "Mes chers parents, ce soir, je viens vous parler un peu des rats [...] Hier soir, il y en a un qui a failli me manger sans que je m'en aperçoive".
Extrait d'une autre lettre : "Ils nous dévorent tout, pain, fromage, chocolat jusqu'à la crosse des fusils". Même si certains passages ont fait rire, on imagine l'horreur à laquelle ces hommes ont été confrontés et le vrai marquage psychologique que ce manque d'hygiène a pu entraîner.
L'historien nous a aussi raconté comment les soldats se fabriquaient des souvenirs. En effet, ils passaient plus de temps à attendre qu'à se battre et, ce temps, il fallait bien l'occuper. C'est ainsi qu'avec des morceaux d'obus, ils réalisaient des bougeoirs, des gravures... Objets que le public a pu découvrir en photos. Tout comme le reste de la conférence qui a été magnifiquement illustré grâce à des photos d'époque.
Guy Brucy s'est aussi attelé à nous expliquer la société des tranchées : "Qui sont les hommes que l'on trouve dans les tranchées ? Civils ou militaires : leur double identité. Les soldats et leurs chefs".
Et, évidemment, nous sommes, ensuite, entrés dans le pire aspect de la guerre : La mort ! Les bombardements ! La peur ! La violence ! Mais surtout comment ces milliers d'hommes ont tenu face à l'innaceptable ? Et comment ont-ils pu résister à une telle horreur ?

Une chose est sûre, il faut continuer de parler de ces hommes partis au combat, continuer de leur rendre hommage et continuer de faire vivre leurs mémoires.

Construit en 2012, le nouveau collège Pierre Dezarnaulds accueille les enfants de Châtillon-sur-Loire, Beaulieu-sur-Loire, Saint-Firmin-sur-Loire, Autry-le-Châtel, Cernoy-en-Berry et Pierrefitte-es-Bois dans le Loiret et de Sury-es-Bois et Santranges dans le Cher.

Il accueille actuellement 317 élèves répartis en treize classes (trois sixièmes, quatre cinquièmes, trois quatrièmes et trois troisièmes).

Chef d’établissement : Anne-Marie Boulic, principale
Conseillère principale d’éducation : Marie Lagier (ligne directe : 02 38 31 91 21)
Gestionnaire : M. Kilic

Contact

Collège Pierre Dezarnaulds
2 allée du Paradis
BP 17
45360 Châtillon-sur-Loire
Tél. : 02 38 31 42 49
Fax. : 02 38 31 14 18
Email : ce.0450017z@ac-orleans-tours.fr
Site Internet : www.clg-csl.fr

Les clubs du midi

Chaque jour, des clubs sont proposés aux élèves entre 13 heures et 13h45. Ils sont animés par les enseignants et les membres de l’équipe de vie scolaire.

Le foyer socio-éducatif

Le foyer socio-éducatif est une association loi 1901, financée par la communauté de communes, les cotisations des membres et les manifestations organisées par le foyer et l’Association des Parents d’Elèves. Le Foyer participe au financement des voyages scolaires et au fonctionnement des clubs.

Contact
Pascale Estienne, présidente
Tél. : 02 38 13 42 49

Résultats au diplôme national du brevet

2009 : 87,93 % d’admis
2010 : 84,38% d’admis
2011 : 84, 1% d’admis
2012 : 72,5 % d’admis
2013 : 80 % d'admis
2014 : 86 % d'admis (moyenne dans le Loiret : 82,6 %)
2015 : 86% d'admis (moyenne dans le Loiret: 86,3%)
2016 : 88 % d'admis

Haut de page