Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

L'équipe Municipale

Emmanuel RAT - Maire de Châtillon-sur-Loire

Emmanuel RAT
Maire

Gérard Galfano

Gérard Galfano

Premier adjoint en charge des travaux, du patrimoine et de l'environnement, délégation générale en cas d'empêchement du Maire

Catherine BOURGOIN

Catherine Bourgoin

Deuxième adjointe, chargée des affaires sociales, de la solidarité, du logement et des associations d'"Anciens"

Bernard Bonnefont

Bernard Bonnefont

Troisième adjoint, chargé de l'agriculture, de la voirie, du fleurissement, des affaires scolaires, de la jeunesse et de la communication

Catherine Letonnelier-Nollet

Catherine Letonnelier-Nollet

Quatrième adjointe, chargée de la culture, des associations culturelles, du tourisme et des festivités

Eric Bedu

Eric Bedu

Cinquième adjoint, chargé de la sécurité, de la prévention, de l'éclairage public, du sport et des associations sportives

Philippe Jarret

Philippe Jarret

Conseiller municipal

Liliane Larmoyer

Liliane Larmoyer

Conseillère municipale

François Weil-Picard

François Weil-Picard

Conseiller municipal

Carine Pinguet-Dessertennes

Carine Pinguet-Dessertennes

Conseillère municipale

Fabrice Boniface

Fabrice Boniface

Conseiller municipal

André Chaminade

André Chaminade

Conseiller municipal

Annie Fortin

Annie Fortin

Conseillère municipale

Serge Ragu

Serge Ragu

Conseiller municipal

Patricia Legras

Patricia Legras

> Conseillère municipale

Corinne Becquet

Corinne Becquet

Conseillère municipale

Brigitte Breuzé

Brigitte Breuzé

Conseillère municipale

Colette Baron

Colette Baron

Conseillère municipale

Vincent Gitton

Vincent Gitton

Conseiller municipal

Catherine Bourdeaux

Catherine Bourdeaux

Conseillère municipale

Yves Le Garrec

Yves Le Garrec

Conseiller municipal

Cécile Bruneau

Cécile Bruneau

> Conseillère municipale

François Chopineau

François Chopineau

Conseiller municipal

Commissions

COMMISSION FINANCES / COMMERCE / ARTISANAT
L'ensemble du Conseil municipal

COMMISSION PATRIMOINE
Responsable : Gérard GALFANO
Membres : Philippe JARRET, Yves LE GARREC, Serge RAGU et François WEIL-PICARD

COMMISSION SOCIAL-SOLIDARITE-LOGEMENTS ET ASSOCIATIONS "ANCIENS"
Responsable : Catherine BOURGOIN
Membres : Corinne BECQUET et Annie FORTIN

COMMISSION CULTURE ET ASSOCIATIONS CULTURELLES
Responsable : Catherine LETONNELIER
Membres : Philippe JARRET, François WEIL-PICARD et Liliane LARMOYER

COMMISSION AGRICULTURE
Responsable : Bernard BONNEFONT
Membres : Vincent GITTON et Serge RAGU

COMMISSION FLEURISSEMENT
Responsable : Bernard BONNEFONT
Membres : Vincent GITTON, Cécile BRUNEAU et Brigitte BREUZE

COMMISSION SCOLAIRE - PERISCOLAIRE - JEUNESSE
Responsable : Bernard BONNEFONT
Membres : Corinne BECQUET, Vincent GITTON, Carine PINGUET-DESSERTENNES et Cécile BRUNEAU

COMMISSION TOURISME
Responsable : Catherine LETONNELIER
Membres : Philippe JARRET, Colette BARON, Patricia LEGRAS et Fabrice BONIFACE

COMMISSION APPEL D'OFFRES
Président : Emmanuel RAT
Membres titulaires : Gérard GALFANO, Yves LE GARREC, Bernard BONNEFONT
Membres suppléants : Serge RAGU, Corinne BECQUET et Annie FORTIN

COMMISSION TRAVAUX
Responsable : Gérard GALFANO
Membres : Yves LE GARREC et Serge RAGU

COMMISSION ENVIRONNEMENT
Responsable : Gérard GALFANO
Membres : Colette BARON, Patricia LEGRAS, Fabrice BONIFACE, Yves LE GARREC et Vincent GITTON

COMMISSION SECURITE - PREVENTION - ECLAIRAGE PUBLIC ET SIGNALISATION
Responsable : Eric BEDU
Membre : Philippe JARRET

COMMISSION MANIFESTATIONS ET FESTIVITES
Responsable : Catherine LETONNELIER
Membres : Fabrice BONIFACE, Catherine BOURDEAUX et Carine PINGUET-DESSERTENNES

COMMISSION TRAVAUX VOIRIE
Responsable : Bernard BONNEFONT
Membres : Serge RAGU, Vincent GITTON et Yves LE GARREC

COMMISSION URBANISME
Responsable : Emmanuel RAT
Membres : Serge RAGU, André CHAMINADE et Patricia LEGRAS

COMMISION SPORT-ASSOCIATIONS SPORTIVES ET DIVERSES
Responsable : Eric BEDU
Membre : Cécile BRUNEAU et Catherine BOURDEAUX

COMMISSION COMMUNICATION
Responsable : Bernard BONNEFONT
Membres : Liliane LARMOYER, Philippe JARRET, Colette BARON, François WEIL-PICARD et Patricia LEGRAS

Délégués aux différents syndicats

Syndicat intercommunal d'aménagement de la Loire et de ses affluents (Sicala)
Gérard Galfano, titulaire
Patricia Legras, suppléante

Syndicat intercommunal pour l'aménagement des bords de Loire (SABL)
Gérard Galfano et Catherine Letonnelier, titulaires
Patricia Legras et Serge Ragu, suppléants

Conseil d'administration de l'Office de Tourisme intercommunal
Catherine Bourgoin et Philippe Jarret

Syndicat des bassins d'initiation à la natation de Belleville-sur-Loire (SIBIB)
Vincent Gitton et Cécile Bruneau, titulaires
Eric Bedu, suppléant

Conseil d'établissement de la Maison de retraite des Prés
Emmanuel Rat et Catherine Bourgoin

Conseil d'administration du collège Pierre Dezarnaulds
Bernard Bonnefont, titulaire
François Chopineau, suppléant

Conseil d'administration du Centre communal d'action sociale (CCAS)
Catherine Bourgoin, Brigitte Breuzé, Colette Baron, Catherine Bourdeaux, Carine Pinguet- Dessertennes et cinq habitants désignés par le Maire.

Aides à domicile du canton de Chatillon-sur-Loire
Catherine Bourgoin, Annie Fortin et Brigitte Breuzé.

Commission locale d'information (CLI )
Emmanuel RAT, titulaire
Patricia LEGRAS, suppléante

Comité national d'action sociale (CNAS)
Emmanuel RAT

Société publique locale (SPL)
Gérard GALFANO

Rencontre avec Carine Dessertennes, Conseillère municipale

Rencontre avec Carine Dessertennes, Conseillère municipale

C’est avant le début du précédent mandat que Carine Dessertennes avait fait part au Maire de son envie d’intégrer le Conseil municipal. Chose qu’elle a faite en 2008. En 2014, elle a souhaité continuer cette aventure.

Carine fait partie des plus jeunes membres du Conseil. De toute évidence, elle a moins de temps que ceux qui sont à la retraite à consacrer aux réunions, aux commissions. Ce qu’elle regrette beaucoup d’ailleurs.
Ses journées sont bien remplies ! Chargée de clientèle pour Vallogis, elle se rend à Nogent-sur-Vernisson chaque jour pour travailler. Autrement dit, entre 8 heures et 18 heures, Carine n’est pas disponible.
Elle essaie, tant que possible, d’être présente aux réunions mais, la plupart tombent en journée. En revanche, elle ne manque pas les conseils municipaux qui ont lieu le soir. Membre des commissions CCAS (Centre communal d’action sociale), de celle de l’école et des fêtes et manifestations, elle met un point d’honneur à toujours participer au service pour le repas des Anciens mais aussi à préparer et à remettre les colis aux personnes âgées.
Originaire de Châtillon, elle connaît bien la plupart des anciens et aime discuter avec eux.
Très attachée à notre ville, elle se plaît à y vivre. Elle se réjouit des nombreux travaux et aménagements qui ont été réalisés. Ce qui lui tient à cœur désormais : que le centre-ville soit refait. « C’est la vie de la Ville et la réfection apporterait certainement plus de dynamisme. Je suis attristée par la fermeture des commerces », explique-t-elle.
Au sein de l’équipe, elle a trouvé sa place. « J’ai découvert des personnes avec qui j’ai créé des affinités. Au Conseil, l’ambiance est bonne et on est toujours content de se retrouver ».
Si elle n’est pas certaine de vivre encore à Châtillon dans les années à venir, elle est sûre, en revanche, qu’elle gardera ici un point d’attache pour venir se ressourcer…

Rencontre avec Serge Ragu, conseiller municipal

Rencontre avec Serge Ragu, conseiller municipal

Depuis quatre années, Serge Ragu est conseiller municipal aux côtés d’Emmanuel Rat. Ravi de s’investir pour la Commune, il a attendu la retraite pour figurer sur la liste d’Emmanuel Rat aux élections municipales de 2014.

C’est à l’approche de la retraite que Serge Ragu a accepté d’entrer au sein du Conseil municipal. « Je voulais m’investir entièrement et ne pas juste participer à des réunions. C’est pourquoi, j’ai attendu d’avoir du temps libre pour accepter la proposition du Maire. »
Il fait partie de la commission travaux, voirie, patrimoine et urbanisme. Des domaines qu’il connaît fort bien dans la suite de sa carrière de géomètre au cabinet Ragey à Gien où il a travaillé pendant 40 ans.
Il est également suppléant à la commission d’appel d’offres et a été conseiller communautaire de l’ancienne Communauté de communes.
Réélu Conseiller à la nouvelle Communauté de communes, il est membre des commissions travaux, urbanisme et, depuis peu, membre de la commission d’appel d’offres. Quasiment les mêmes fonctions que celles occupées à la Commune.
En toute logique, il a été choisi comme référent de la Commune pour le PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal).
En dehors du Conseil municipal, Serge est un passionné de chasse. Il a d’ailleurs été trésorier de l’Association châtillonnaise de chasse pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il ne la pratique plus, n’étant plus en accord avec les techniques employées.
Lui qui n’a pas toujours vécu à Châtillon a trouvé sa place au sein de l’équipe qu’il apprécie beaucoup. « Chacun a sa spécificité et c’est très enrichissant pour nous tous », souligne le conseiller municipal.
Pour le PLUI et le bornage dont il s’occupe presque exclusivement, il ne compte pas son temps tout comme pour les réunions et les différents événements auxquels il participe.
Collectionneur de cartes postales et philatéliste, c’est lui qui s’est occupé du carnet de timbres réalisé pour le dernier Comice.
Il trouve ce mandat très fructueux en travaux communaux et intercommunaux. A ce propos, s’il devait y avoir un prochain mandat, il signerait à nouveau sans hésiter. D’une part parce qu’il apprécie les membres du Conseil et le personnel communal mais aussi pour continuer de suivre les dossiers dont il s’occupe et pour en voir la finalité. En grand perfectionniste, Serge aime suivre les dossiers de A à Z.

Rencontre avec Brigitte Breuzé, conseillère municipale

Rencontre avec Brigitte Breuzé, conseillère municipale

Brigitte Breuzé a commencé son premier mandat en temps que conseillère municipale auprès d’Emmanuel Rat depuis 3 ans maintenant. C’est avec grand plaisir et beaucoup d’intérêt qu’elle participe à la vie de sa commune.

Vous connaissez certainement « La Chavanière » ? Depuis 1985, Brigitte et Freddy Breuzé en sont les propriétaires. Ils y élèvent des chèvres et transforment le lait en en fromage.
En plus de cette activité qui prend beaucoup de temps, Brigitte est aussi famille d’accueil depuis 2002. Elle reçoit, à son domicile, des enfants en difficulté familiale.
Elle qui, à ce moment là, avait déjà trois enfants a eu une envie particulière de faire ce métier. « Une amie exerçait cette profession et ça me plaisait beaucoup. J’y voyais aussi les avantages de ma présence à la maison pour mes enfants et pour m’occuper de la ferme ».
Actuellement, elle garde trois enfants et quand on l’entend parler d’eux, c’est comme si c’était les siens. Brigitte est une grande altruiste qui, à travers ces mots, nous laisse deviner qu’elle fait toujours passer le bonheur des autres avant le sien.
Ses loisirs : s’occuper de sa famille, garder ses petits enfants et aussi son rôle à la Mairie.
Pour elle, « c’est aussi un moyen de décompresser » mais surtout de se rendre encore et toujours utile pour sa commune d’adoption. Brigitte est d’origine parisienne mais elle venait en vacances à Saint-Firmin, déjà toute petite, chez ses grands-parents.
« J’ai toujours adoré le coin et, avec mon mari, on compte bien y rester jusqu’à la fin de nos jours puisqu’on y a acheté une nouvelle maison il y a peu ».
En effet, depuis plusieurs années, ils ont la chance d’avoir l’aide de leur fils cadet, Jean-Loup, qui a associé son projet à la ferme à celui de ses parents.
Dans quelques années, le temps sera donc enfin peut-être venu pour eux de prendre de vraies vacances en famille.
En ce qui concerne Châtillon, Brigitte est ravie des nombreux aménagements qui ont vu le jour : le collège, la Maison de retraite, la Maison de santé, etc. D’ailleurs si on lui proposait un second mandat, elle signerait tout de suite.
Ce qu’elle aimerait beaucoup, c’est que la Ville continue de bouger et d’être vivante « que cela ne devienne pas une ville dortoir », côté commerce notamment.
Brigitte et Freddy, eux, arrivent à tirer leur épingle du jeu parce que le fromage de chèvres est un produit qui se vend très bien et qu’ils écoulent la quasi-totalité de leur stock auprès d’un affineur de Santranges.
Toute la petite famille est très attachée à la région et participe à la vie de la Commune avec plaisir. Claire, la plus jeune de leurs trois enfants a été Reine de Châtillon et Reine du Comice en 2011. Elle a d’ailleurs remis sa couronne le samedi 1er juillet, pour l’élection de la reine de Châtillon. Leur fils aîné, Ludovic, joue de la musique à l’Union musicale depuis tout petit.
On ne peut que leur souhaiter encore de longues et belles années à Châtillon…

Rencontre avec Fabrice Boniface, Conseiller municipal

Rencontre avec Fabrice Boniface, Conseiller municipal

Depuis deux mandats, Fabrice Boniface est Conseiller municipal aux côtés d'Emmanuel Rat, le Maire. Participer à la vie de la Cité, se sentir utile, oeuvrer à l'organisation de la Commune sont autant de raisons qui lui ont donné envie de s'engager et même de se ré-engager. En effet, "comme la première fois ça m'avait bien plu, je me suis dit pourquoi pas continuer" précise-t-il. Pour lui, c'était aussi l'occasion de voir et de découvrir l'envers du décor. "On s'imagine toujours un tas de choses de l'extérieur mais quand on y est, on se rend compte que c'est différent". Ce qui branche bien Fabrice, au sein de la Commune : le Tourisme, les festivités, la Culture. Domaines sur lesquelles il a travaillé aux côtés des différents adjoints et autres conseillers municipaux.
Il y a aussi un événement qu'il ne manquerait sous aucun prétexte et pour lequel il est très investi : le Comice. Il a fait parti du bureau comme trésorier en 2011 et a renouvelé pour cette année. "C'est une fête que j'aime beaucoup" sourit-il.
Dans la vie de tous les jours, Fabrice est ingénieur du service recherche et développement chez Otis. Et, il fait aussi partie de l'Union musicale avec les deux femmes de sa vie. Chez eux, la musique c'est une affaire de famille. Sa femme, Frédérique, est musicienne depuis toujours. Elle joue du saxophone ténor. Sa fille, de la flûte traversière et lui joue du trombone. "J'ai toujours rêvé de faire de la musique. J'ai appris sur la tard, à 34 ans, grâce à ma femme".
Très actif, Fabrice n'est pas du genre à s'installer dans un fauteuil. Il préfère profiter de la nature qu'il affectionne particulièrement, en allant courir. Pendant près de 10 ans, il a aussi été membre du Club cycliste.
Arrivé à Châtillon il y a plus de 20 ans, Fabrice s'y plaît énormément. "J'aime l'ambiance qui y règne, l'atmosphère, la proximité avec les gens et le côté convivial de la vie à la campagne". Au Conseil municipal, c'est pareil. Il se sent très bien au sein d'une équipe qui travaille main dans la main et dans une bonne ambiance.
"Si on me demandait de faire un 3ème mandat, je le ferai sans hésiter" !

Rencontre avec Catherine Bourdeaux, Conseillère municipale

Rencontre avec Catherine Bourdeaux, Conseillère municipale

Voilà trois ans que Catherine Bourdeaux est Conseillère municipale à Châtillon. La plupart des Châtillonnais l'appelent "Docteur". Métier qu'elle exerce, à temps plein, depuis 2012 sur la Commune. Auparavant, elle suivait des patients atteints du VIH-Sida dans des hôpitaux en France, au Congo ou au Cambodge. Elle a aussi participé à des recherches cliniques sur le virus à Besançon.
De formation, elle est médecin généraliste. Après un retour du Congo en 2009, elle répond à une offre d'emploi de médecin remplaçant à Châtillon-sur-Loire : "Petit à petit, je me suis rendue compte que cette pratique me convenait mieux qu'à l'hôpital". En 2012, elle décide de quitter toutes les fonctions qu'elle occupe parallèlement à ses remplacements à savoir le suivi clinique des personnes atteintes du VIH-Sida.
Installée à Châtillon depuis 4 ans, elle apprécie pleinement son poste de médecin généraliste qui lui offre une plus grande pérennité.
Et puis, Catherine est aussi médecin capitaine volontaire des pompiers au Centre de secours, ce qui lui permet d'avoir deux approches différentes du métier : "Ca rompt un peu le quotidien et me permet d'apporter une vraie réponse à la vie et à la santé des locaux". Sur le "groupement est"dans le département, elle est actuellement le seul médecin volontaire des pompiers. Elle intervient sur tout le Canton, mais plus particulièrement à Châtillon :"Je n'ai pas toujours les disponibilités nécessaires". En temps que pompier tout comme pour son poste de médecin généraliste, elle a pris la suite de François Weil-Picard.
Son choix d'investissement dans la vie de la Commune, comme Conseillère municipale, elle l'apprécie même si parfois le temps lui manque. "J'apprends plein de choses, j'apporte mon regard, mes idées. C'est intéressant et très enrichissant" précise-t-elle. Chaque jour, elle passe près de 12 heures à son cabinet alors on comprend aisément qu'il n'est pas toujours évident de répondre présente à chaque réunion. Cela dit, elle se déplace dès qu'elle le peut aux différents concerts organisés par l'Artscène, aux commémorations et participe à certains événements comme celui de la sécurité routière pour lequel elle a donné une conférence à l'école.
Aux questions :"Les voyages ne vous manquent-ils pas, vous plaisez-vous à Châtillon ?", elle répond : "J'ai envie de rester ici mais je continue de voyager pendant mes vacances, c'est un besoin ".

Rencontre avec Liliane Larmoyer, conseillère municipale

Liliane Larmoyer est conseillère municipale aux côtés d'Emmanuel Rat, le Maire, depuis 14 ans. C'est son 3ème mandat.
Depuis toujours, elle s'intéresse de près à la vie de Châtillon où elle réside une partie de l'année, depuis 45 ans. Le reste du temps, c'est à Paris qu'elle vit. Alors, évidemment, quand Emmanuel Rat lui a demandé de faire partie du Conseil, elle a aussitôt accepté.
Il faut dire qu'elle participait déjà activement à la vie de la Commune avant d'être élue ; en mettant, au profit de tous, ses connaissances journalistiques. C'est elle qui, depuis plus de 15 ans, gère la rédaction du "Châtillonnais", le magazine municipal de la Ville. Elle a participé à l'élaboration et à la réalisation d'une trentaine de numéros et continue encore aujourd'hui. Elle écrit, corrige et relit soigneusement chacun des articles. Et tout cela bénévolement.
Depuis 2011, date de création du site Internet de la Commune, elle vérifie aussi, chaque semaine, chacun des articles mis en ligne et apporte ses précieuses connaissances et son savoir-faire. Liliane est tout simplement indispensable.
En la matière, on peut dire qu'elle a de l'expérience. Le journalisme était pour elle une évidence : "C'est ce que j'ai toujours voulu faire". Elle a commencé par étudier les Lettres à la Sorbonne à Paris puis, est très vite devenue journaliste indépendante pour le journal "Combat". Drôle de coïncidence ! Quand on connaît sa vie et son parcours, on ne peut trouver de mot plus adéquat pour parler de "Lili". Elle qui a toujours défendu ses idées, qui s'est toujours pleinement investie dans tout ce qu'elle a entrepris et qui continue encore aujourd'hui. En outre, elle a dû mener ses propres combats, dans sa vie personnelle côté santé, avec un courage à toute épreuve.
Pour en revenir à son parcours professionnel, elle a ensuite travaillé pour "La vie" où elle est devenue rédactrice en chef.
Et puis, un jour, elle a tout quitté pour créer des journaux avec des copains. L'un d'entre eux s'appelait "Imagine". Les thèmes qu'elles affectionnent : la culture, le cinéma, la télévision.
Entre temps, elle a écrit quelques livres. Elle a également travaillé au CFPJ (Centre de formation pour le journalisme) et à l'IPJ (Institut pratique des journalistes). Là, elle enseignait le métier aux plus jeunes, les formait et leur transmettait son expérience et son savoir. "J'ai adoré partager mes connaissances et enseigner" souligne-t-elle.
Elle a dirigé cette école jusqu'à sa retraite.
Désormais "Lili" profite de la vie et surtout de sa grande famille, 5 enfants et bientôt 11 petits-enfants : "J'ai une vie bien remplie". Pour autant, le journalisme fait toujours partie intégrante de sa vie... et la culture aussi : "Je lis toujours autant, que ce soit des journaux ou des livres". Côté culture, elle est vice-présidente de l'association Arteria et sa maison est remplie de diverses oeuvres d'artistes châtillonnais.
Pour ce qui est du Conseil, Liliane est ravie d'en faire partie : "Tout le monde est très sympa. Au Conseil, il règne une atmosphère d'échange, de partage et de convivialité et le Maire y est pour beaucoup."
Après 45 années passées à Châtillon, elle ne peut que constater l'évolution constante de la Ville. C'est évidemment pour cette raison qu'elle est heureuse d'être conseillère municipale à Châtillon...

Rencontre avec Vincent Gitton, Conseiller municipal

Vincent Gitton est Conseiller municipal aux côtés d'Emmanuel Rat, le Maire, depuis maintenant 2 ans. Il représente la quatrième génération d'élus de sa famille, au sein du conseil municipal de Châtillon. Et, pour lui :"c'est une très grande fierté".
Il fait partie des plus jeunes élus du Conseil et prend son rôle très à coeur : "Pour moi, c'est très important de consacrer du temps à ma Commune". Très investi auprès de l'école, il a d'ailleurs été pendant plusieurs années, président de l'association des parents d'élèves. Après sa décision de rejoindre l'équipe municipale, il a préféré laisser sa place à la Présidence, son activité professionnelle ne lui permettant pas de multiplier les casquettes.
Passionné par l'agriculture depuis son plus jeune âge, il est céréalier dans la ferme familiale du "Petit Tréquoy" appelée Gaec des Doucets. Pour le moment, il travaille encore avec son père mais, dans quelques temps, il sera seul. Son temps est et sera donc très précieux.
A la Mairie, il fait partie de la commission fleurissement, voirie et scolaire aux côtés de l'Adjoint Bernard Bonnefont. Il gère également, en partie, la commission des impôts et celle de la révision des listes électorales. Cette dernière demande tout de même d'être présent à une réunion mensuelle durant laquelle il effectue, avec les autres conseillers, un travail administratif visant à mettre à jour les listes.
Malgré les heures de travail quotidiennes qu'il ne compte pas, Vincent essaye de se libérer le plus souvent possible pour être à l'écoute des Châtillonnais.
"Je mets un point d'honneur à être présent aux défilés et aux commémorations" précise-t-il. Pour lui, faire partie du Conseil municipal c'est aussi : "se rendre compte de l'ampleur de la tâche et du travail nécessaire à la gérance d'une commune". C'est justement pour ces raisons que Vincent a tenu à faire partie de l'équipe : "Donner mon avis librement, jouer un rôle quant au développement de Châtillon étaient, pour moi, des éléments essentiels".
Il s'est très vite intégré au sein de l'équipe dont il connaissait déjà la plupart des membres et est très content de l'ambiance qui y règne.
Plus tard, quand le temps le lui permettra, il aimerait s'investir à nouveau pour l'école, qui lui est très chère, étant lui-même papa de trois enfants. Tout comme dans des associations qui ont un rapport avec les enfants qui sont, pour lui, une priorité.
Et quand on lui demande s'il compte quitter un jour Châtillon, sa réponse est sans détour : "Non". "Ici je suis bien, j'aime partir en vacances mais j'aime aussi revenir, retrouver le calme et la vie paisible de ma Ville" ajoute-t-il.

Rencontre avec Yves le Garrec, Conseiller municipal

Yves le Garrec est Conseiller municipal depuis un peu plus de deux ans, date du début du dernier mandat. Châtillonnais depuis l'adolescence, Yves est arrivé à Châtillon en mai 1968, comment ne pas se souvenir d'une telle année... A l'époque, il travaillait comme peintre en bâtiment dans l'entreprise Maître où il a finalement passé 30 années. Il a, ensuite, été employé chez Asseline à Gien. Et, alors qu'il travaillait toujours dans l'entreprise, Yves a eu envie de changement dans sa vie et s'est lancé dans l'aventure du Bac-Professionnel à 52 ans. Il l'a passé et réussi en candidat libre et a terminé sa carrière chez Asseline mais comme conducteur de travaux, cette fois.

Voilà pourquoi, à ce jour, au sein du Conseil municipal, Yves peut apporter ses compétences en matière de travaux. Membre de la commission des travaux, il s'y investit pleinement. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'Yves a préféré attendre d'être à la retraite pour s'engager au sein de la Commune : "Je ne voulais pas faire les choses à moitié, je voulais être pleinement dans mon rôle".
De même dans sa vie personnelle : les travaux, le bricolage et le jardinage sont, pour lui, de très grands centres d'intérêt. Il s'essaye à tout : la menuiserie, la décoration d'intérieur, la rénovation de meubles anciens...

Autre centre d'intérêt : le Patrimoine. Il est également membre de la commission qui en a la charge, aux côtés de Gérard Galfano et des autres conseillers qui en font partie. Pour lui : "Châtillon est riche d'un Patrimoine historique mais aussi culturel et il est vraiment important de les préserver". C'est pourquoi, Yves essaye de participer du mieux possible aux différentes manifestations. Lui, qui est amateur d'expositions, qu'il visite avec sa femme Jacqueline, présidente de "L'Amicale des Peintres du Printemps".

Sa place de Conseiller, il en est très fier. Mais ce qu'il aime particulièrement c'est : "La bonne entente et les bonnes relations qu'entretiennent les membres du Conseil". Mais surtout, ce qui est très important pour lui c'est : " Etre aux côtés d'un Maire comme Emmanuel qui travaille d'arrache-pied pour sa Commune".

Rencontre avec François Weil-Picard, conseiller municipal

Six mandats, trente trois années de Conseil municipal : à ce jour, François Weil-Picard est l'élu, le plus ancien de Châtillon.
C'est aux côtés de Jean Roblin que son engagement de conseiller a débuté, presque en même temps, que sa carrière de médecin. Quand il s'engage en 1983, lors de son premier mandat, il est installé depuis 4 ans à peine et il confie même : "Etre surpris et honoré de la proposition de Jean Roblin". Il accepte pourtant très rapidement de s'engager pour la Ville.

A l'époque, c'est un peu par hasard que le docteur s'installe à Châtillon. Lui qui se destinait à la cardiologie a finalement choisi la médecine générale dans laquelle il a découvert : "un univers très riche et un rapport à l'humain".
A son arrivée à Châtillon, il faisait des remplacements puis s'est associé au Docteur Mocquais pour, ensuite, s'installer seul, dans son cabinet au Pâtis. Cabinet dans lequel il recevait encore ses patients il y a tout juste trois mois, avant qu'il ne s'installe, avec ses confrères, à la Maison de santé.

Parmi ses attributions, il y en a une qui lui est très chère : le bulletin municipal devenu aujourd'hui un vrai magazine : Le Châtillonnais. Il travaille à son élaboration en 1983. Et, depuis 2003, il est épaulé par Liliane Larmoyer, conseillère municipale et journaliste.

Parallèlement, il devient aussi, en 1983, le premier médecin-pompier de Châtillon à la demande du maire, Jean Roblin : "Mon engagement chez les pompiers était très important, cela m'a permis de participer à un service public et de partager mes compétences avec des hommes et des femmes particulièrement volontaires". Aujourd'hui, il se réjouit que Catherine Bourdeaux ait pris la suite.

Pendant toutes ces années, ce qui a permis à François de perdurer au sein du Conseil c'est : "Le fait d'avoir collaboré et de continuer de le faire, avec des maires qui ont su et savent gérer leur commune avec pondération et une vraie vision. Je n'aurai pas pu travailler avec un maire et des adjoints qui n'ont pas pour objectif le bien-être de leurs concitoyens". Il tient à souligner la grande implication de l'équipe actuelle.

Certaines réalisations ont marqué sa mémoire : la construction de la première maison de retraite, du collège et bien sûr de la Maison de santé. Aujourd'hui, il est heureux de savoir que ce projet a pu se développer et qu'il permet d'envisager une pérennité de la prise en charge de la santé à Châtillon et dans le Canton. Et, que tous ces ouvrages sont situés au coeur de la Ville.

A ce propos, quand on demande au Docteur Weil-Picard pour quand est la "vraie retraite", il nous répond clairement qu'il est content de moins travailler mais qu'il n'est pas prêt à s'arrêter :" La médecine c'est-ce que je sais faire de mieux et je n'ai pas envie de perdre le lien singulier avec mes patients, ce même lien qui donne un sens à ma vie".
Lui qui aime beaucoup voyager compte bien continuer de le faire tout en continuant de vivre à Châtillon, la ville qui lui a permis de s'épanouir totalement dans son métier.

Rencontre avec Corinne Becquet, conseillère municipale

Corinne Becquet est conseillère municipale depuis deux ans, début du dernier mandat. Chef de section chimie depuis 8 ans à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, elle y travaille depuis 1990.
Son entrée au Conseil, elle l'a souhaitée pour plusieurs raisons : "je vais être en retraite anticipée à la fin de l'année, j'ai donc eu envie de mettre à profit mon temps libre pour m'occuper de ma commune". Pour cette sportive qui adore courir, rester inactive est inenvisageable.
"Je me suis donc dit que j'aurai de l'occupation et que je pourrai m'investir autant que je le souhaite" ajoute-t-elle.
Ce qui a également motivé son choix c'est : "mon amour pour ma commune et mon envie d'apporter ma pierre à l'édifice".
Et puis, bien entendu, elle est extrêmement fière de reprendre ce que son père, André Becquet, avait entrepris. Pour elle, c'est un joli clin d'oeil à son papa qui était si investi pour la Ville.
Aujourd'hui, elle ne regrette absolument pas sa décision :"Je vois l'envers du décor et je trouve ça hyper intéressant". Parallèlement, elle ne s'attendait pas à ce qu'il y ait tant à gérer au sein d'une commune : "je découvre Châtillon d'une façon différente, j'en apprends tous les jours ".
Ce qui lui est très cher et qu'elle n'a jamais pu faire auparavant, faute de temps, c'est : donner de son temps. Elle aimerait, dès la fin de l'année, s'investir dans la vie associative et davantage à la Mairie. Elle a tellement peur de s'ennuyer qu'elle songe d'ailleurs, déjà, à une reconversion professionnelle... Probablement comme auxiliaire de puériculture dans les hôpitaux. Elle vient de passer le concours qu'elle n'a pas réussi mais ne compte pas en rester là.
Sa "seconde vie", elle l'imagine dans le social. Elle espère justement, cette année, pouvoir se rendre utile au repas des anciens organisé par la Commune : "jusqu'ici j'étais de garde ou d'astreinte à chaque fois". Continuer de distribuer les colis de Noël aux personnes âgées ou venir en aide aux plus démunis avec Catherine Bourgoin, adjointe aux affaires sociales et les autres membres de la commission, sont, pour elle, des priorités.
"Mon rôle de Conseillère m'a ouvert les yeux sur la détresse de certaines personnes. Avant, je me contentais de vivre et j'ignorasi un peu ce qui se passait autour de moi. Aujourd'hui, je me dis que prendre un peu de son temps pour apporter du réconfort, c'est essentiel !".
Corinne a tellement soif d'apprentissage, qu'elle songe à faire une formation sur la fonction d'élu. Pour elle, il est aussi du devoir de chacun des membres du Conseil d'être présent aux commémorations et aux défilés où elle vient, chaque fois qu'elle le peut.
Il faut dire qu'elle est très attachée à ses racines, aux gens d'ici : "un simple bonjour quand je croise les gens sur le marché, par exemple, c'est une vraie bouffée d'oxygène et puis ça fait vraiment plaisir."

Rencontre avec Annie Fortin, conseillère municipale

Annie Fortin fait partie des nouvelles élues du Conseil municipal. Depuis 2 ans, elle participe à la vie de la Commune avec l’équipe. Egalement Conseillère communautaire et suppléante à la Commission des travaux, elle est vivement intéressée par ce travail.
Il est vrai que son histoire personnelle lui a donné envie de se rendre utile, d’œuvrer pour les autres. Et, c’est dans un moment très difficile qu’elle a fait le choix d’accepter la proposition du Maire à rejoindre le Conseil. « Ca m’a beaucoup aidé et m’apporte beaucoup », confie-telle. Son mandat, elle le prend vraiment à cœur : « Je n’ai pas juste envie de me donner un rôle ou d’avoir mon nom écrit sur le papier, je trouve qu’il est impératif d’agir et de s’investir ».
Ancienne agricultrice, Annie n’a pas l’habitude de garder les mains dans les poches. Elle aide à la confection des colis pour les personnes âgées et participe au maximum dans de nombreux domaines. En dehors de son rôle de Conseillère, elle est particulièrement investie dans de nombreuses associations de la Ville notamment les « Petites mains », le « Club informatique », « l’Association pour le don du sang ». Elle fait aussi partie de « l’Association des aides à domiciles » avec Catherine Bourgoin, adjointe au Maire. Pour elle, ce qui est indispensable c’est de « rencontrer, aider les gens et être en contact avec eux ». Pour Annie, ce qui est primordial c’est : « d’apporter du bien-être aux Châtillonnais ». Lors d’événements ou de manifestations, elle est toujours partante pour donner un coup de main, rendre service : « Rester assise devant la télé, c’est pas mon truc ».
Et même quand elle ne participe pas à l’organisation, elle y fait honneur en s’y baladant et en soutenant les événements culturels.
Bien intégrée au sein du groupe, elle n’hésite pas à donner son avis et apprécie l’ouverture d’esprit des membres de l’équipe municipale : « Cela correspond pleinement à mes attentes ». Le fait d’être Conseillère lui permet aussi de voir les contraintes techniques, administratives et financières qu’elle ne voyait pas forcément de l’extérieur.

Rencontre avec Colette Baron, conseillère municipale

C’est au lieu-dit « Les Brosses », dans sa jolie bâtisse, que nous rencontrons Colette Baron, Conseillère municipale depuis près de deux ans. Arrivés en 2000 à Châtillon, elle et son mari sont tombés sous le charme de cette maison au coeur de la nature. Précédemment en région parisienne, elle a toujours rêvé de revenir à Châtillon, ville d’origine de son mari.
Et aujourd’hui, non seulement elle vit ici, mais elle est aussi engagée dans l’action pour la Ville. Quand le Maire lui a proposé d’intégrer l’équipe municipale, elle ne s’y attendait pas : « Je ne suis pas d’ici. J’ai été très flattée qu’il pense à moi ». Elle a tout de même pris le temps de la réflexion car pour Colette être Conseillère n’était pas une décision à prendre à la légère.
Ce qui a motivé son choix c’est : « l’envie de participer activement à la réalisation des projets de la Commune et à son essor ». Châtillon est une ville pleine de vie, de charme et les projets y sont nombreux, j’ai eu envie de m’associer à cela ».
Et elle ne regrette absolument pas d’avoir accepté. Elle a fait sa place au sein de l’équipe et ce qu’elle apprécie beaucoup c’est l’écoute et la réflexion commune que mène le Conseil : « Lors des conseils municipaux, par exemple, l’ambiance est toujours conviviale, chacun respecte la parole de l’autre. Et, nous avons tous un souci de bienveillance envers les habitants ».
Justement, la bienveillance, la gentillesse et le don de soi sont autant de qualités qui caractérisent Colette. Anciennement professeure des écoles, elle s’est reconvertie comme rééducatrice RASED (réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté). Ses années d’expérience en tant que professeure lui ont permis de déceler, chez certains enfants, des difficultés en classe. Et c’est grâce à cette reconversion qu’elle a pu s’occuper d’eux en les aidant à comprendre ce qui n’allait pas.
Parmi les commissions qui lui sont attribuées, il en est une qui lui est plus chère : la commission d’Action Sociale. « C’est celle pour laquelle je m’investis le plus même si, bien sûr, je suis engagée dans les autres ». Avec Catherine Bourgoin et les autres membres de la Commission, elle contribue à la réalisation des colis pour les personnes âgées.
Ce qu’elle apprécie beaucoup : « c’est les rencontrer et leur apporter une écoute attentive lors de la distribution des colis ». Pour la première fois, cette année, elle a également participé au service à l’occasion du repas des anciens. Une belle expérience qu’elle renouvellera si et seulement si…. elle peut se rendre utile !
« Passer de table en table, découvrir et connaître ces personnes, ça a été un vrai plaisir » sourit-elle.
Même en dehors de ses activités de Conseillère, elle donne de son temps. Que ce soit en tant que bénévole aux Restos du coeur à Cosne-cours-sur-Loire ou encore comme visiteuse auprès des détenus à la Maison d’arrêt de Nevers.
Elle trouve, tout de même, du temps libre pour son loisir : le théâtre où elle a débuté à Montargis pendant 2 ans. Activité qu’elle poursuit maintenant, avec la « Compagnie du Strapontin » à Briare.
Elle s’est investie et continue de le faire avec Catherine Letonnelier, adjointe à la Culture, pour la commission du même nom. Notamment en ce qui concerne l’exposition sur Robert Louis Stevenson qui a donné son nom à la Bibliothèque municipale l’année dernière. Elle avait émis l’idée que les écoliers soient associés à ce projet. L’association « Castellio » et plus précisément Guy Brucy avait alors donné une conférence à l’école.
Elle a aussi écrit un article sur le sujet pour le dernier magazine municipal « Le Châtillonnais ».

Rencontre avec Catherine Letonnelier, Adjointe au maire

Catherine Letonnelier est, depuis près de deux ans, adjointe au Maire, en charge de la Culture, du Tourisme et des manifestations. Elle est aussi Conseillère communautaire. Jusqu’ici, Catherine Bourgoin adjointe en charge des Affaires sociales était la seule femme ayant fonction d’adjointe. Pour ce second mandat de Conseillère municipale, le Maire, Emmanuel Rat, lui a proposé ce poste qu’elle a accepté sans hésitation : « On est davantage impliquée en étant adjointe »

Même si cela implique qu’il y a beaucoup plus à gérer, Catherine ne s’en plaint pas : elle réussit à concilier son travail de chargée de clientèle chez un bailleur social avec son poste d’adjointe.

Depuis son arrivée, Catherine essaye d’apporter une touche un peu différente et de proposer des manifestations qui changent de l’ordinaire. Ainsi des représentations théâtrales présentées l’an dernier se poursuivront cette année. Elle continue aussi sur le chemin pris auparavant avec une manifestation-phare : les Arts dans la rue.

C’est elle qui gère désormais, avec l’Office de Tourisme et l’association Artéria, l’organisation de l’événement mis en place, il y a 10 ans, par Irène Verkest. « C’est une manifestation qui fonctionne bien, mais on ne voudrait pas qu’elle s’essouffle. Cette année, on aimerait que le centre-ville soit entièrement rempli. Alors, on réfléchit, on s’interroge… »

Catherine souhaite aussi proposer des expositions pédagogiques et diversifiées, accessibles aux jeunes et aux enfants. Des expositions que le Collège et l’École puissent visiter et que les enfants aient envie d’y revenir avec leurs parents

Autre dossier essentiel qu’elle gère : le camping. C’est un gros atout pour la Commune et sa fréquentation a doublé depuis qu’il est redevenu municipal. Avec les membres de la Commission, à savoir Colette Baron, Fabrice Boniface, Philippe Jarret, Patricia Legras, elle réfléchit à ce qui peut être amélioré. Cela se fait, entre autres, grâce à l’investissement et à la participation des associations. L’été dernier, le Comité des fêtes a animé plusieurs soirées au camping et il continuera l’été prochain avec de nouveaux projets. Avec la Gaule châtillonnaise, ils ont travaillé sur le projet « camping-pêche » : deux préfabriqués, installés il y a quelques semaines permettront le stockage du matériel de pêche et l’accueil des touristes et riverains qui souhaitent s’informer et participer à la pêche. Le camping délivrera aussi les cartes de pêche.

L’association Castellio permet, elle aussi, de mettre en place de nouveaux projets pour la Commune. Ainsi des plaques explicatives seront apposées, dans le courant de l’année, aux endroits qui ont un intérêt historique.

Pour Catherine, il est essentiel de soutenir les associations. Même si le budget est en baisse, « on maintiendra les subventions qui leur sont allouées. Les associations sont la vie de la Commune !

Son implication pour Châtillon est aussi due au fait qu’elle aime sa ville : « Je me sens très bien ici, j’y suis avec plaisir. Et puis, le paysage est vraiment magnifique ». Elle se réjouit de la bonne entente qui règne au sein de l’équipe et est passionnée par le travail qu’elle fait pour la Commune : « c’est vraiment très intéressant et je suis très bien entourée dans chaque commission que je représente ».

Rencontre avec Patricia Legras, Conseillère municipale.

Patricia Legras, Conseillère municipale fait partie des dernières recrues. Elue l’an dernier, elle est très motivée et investie pour « sa » Commune.
Membre de la Commission locale d’information, communication, urbanisme, environnement et tourisme, elle se réjouit de l’accueil qui lui a été fait depuis son arrivée dans l’équipe.
« Les anciens nous ont très bien intégrés, nous les nouveaux, ce qui nous permet de travailler en équipe » souligne-t-elle. Et justement, pour Patricia, ce qui fait la force de l’équipe en place, ce sont les différences de chacun.
Pour elle, agir pour Châtillon est un juste retour des choses : « J’avais envie de rendre tous les services dont j’ai bénéficié pendant que mon fils était petit, participer à ma manière et mettre mes connaissances au service de tous ».
Agent administratif dans le service de la publicité foncière à Gien, Patricia est très impliquée pour la protection de l’environnement. Elle est d’ailleurs déléguée suppléante au SABL (Syndicat d’aménagement des bords de Loire) et au SICALA (syndicat intercommunal d’aménagement de la Loire et de ses affluents).
Depuis trois ans, elle participe au nettoyage des bords de Loire qui a lieu le premier samedi du mois de mars dans le cadre de l’opération « J’aime la Loire propre » et à l’initiative de la Fédération des chasseurs de gibiers d’eau.
Elle participe aussi activement à l’élaboration de la fête de l’éco-tourisme pendant laquelle elle a animé, l’an passé, une balade cueillette et dégustation de produits à base de plantes. Cette fête qui se déroule au bassin de Mantelot est le fruit d’un projet commun entre l’Office de Tourisme et l’Union cantonale Tourisme Loisirs et Culture: « Selon moi, en matière de tourisme, nous devons beaucoup à Irène Verkest, présidente de l’Union cantonale Tourisme Loisirs et Culture, toujours soucieuse du respect de l’environnement ».
Le tourisme, c’est également un des domaines pour lequel elle s’investit énormément au sein de la Commune. Patricia y travaille avec Catherine Letonnelier, adjointe en charge de la culture et du tourisme :
« Avec Catherine, on communique beaucoup, on partage nos idées ».
Elle est aussi très investie pour le développement du camping. Et cette année, grâce à une réflexion entre les membres de la Commission, les campeurs ont pu bénéficier de la préparation de petits déjeuners.
Avec Catherine, elle travaille sur le projet camping-pêche à l’étude en partenariat avec la « Gaule châtillonnaise ». « Mais tout cela n’aurait pas été possible sans le travail de Gérard Galfano, premier adjoint qui, en amont, a permis au camping de redevenir municipal » précise-t-elle.
Cette amoureuse de la nature aimerait que chacun soit sensible aux magnifiques paysages naturels qu’offre la Ville. C’est pourquoi, elle souhaiterait que des panneaux pédagogiques soient installés : « Ce serait un moyen de permettre aux Châtillonnais de redécouvrir ce qu’ils voient en se baladant, sans forcément y prêter attention. J’aimerais aussi que des interventions aient lieu dans les écoles afin de sensibiliser les plus jeunes ».
Et, même si elle connaît tous les chemins de la Ville, elle ne s’en lasse pas !
« A Châtillon, il fait bon vivre ! » conclut-elle.

Rencontre avec Catherine Bourgoin, adjointe au Maire au service des habitants.

C’est au Centre communal d’action sociale situé à la Mairie que nous rencontrons Catherine. Presque tous les soirs, pour ne pas dire tous, elle reçoit à son bureau les Châtillonnais qui sont en difficulté ou en situation de précarité.
Elle les écoute, les oriente, les conseille dans leurs démarches administratives (demande de RSA et de logements auprès des bailleurs sociaux par exemple). Parfois, elle leur apporte une aide alimentaire ponctuelle allouée par la Mairie : « On essaye de s’adapter à la situation de chacun ».
Depuis 8 ans maintenant, Catherine est à la tête de la Commission sociale. Sa raison de vivre : aider et s’occuper des autres.
« Je suis proche des habitants, j’ai toujours aimé m’occuper des autres, me mettre à leur disposition » dit-elle avec un large sourire.
« Sa » commission, elle la partage avec Carine Pinguet-Dessertennes, Brigitte Breuzé, Corinne Becquet et Colette Baron, conseillères municipales.
Ensemble, elles étudient chaque dossier et cherchent les meilleures solutions à apporter aux personnes en détresse. Même si parfois, dans l’urgence, Catherine doit agir et prendre des décisions seule, elle en réfère toujours, après coup, aux autres membres de la Commission et aux secrétaires de l’accueil.
Catherine travaille beaucoup avec les secrétaires de l’accueil qui gèrent elles aussi les urgences et les difficultés de chacun : « il ne se passe pas une journée sans que l’on se téléphone pour faire le point, on communique énormément ». Ce qui est aussi très important à ses yeux, c’est la bonne entente qui règne au sein de l’équipe.
Catherine participe également à l’élaboration du repas des anciens organisé par la Commune, elle décore la salle avec les bénévoles et les employés communaux et confectionne avec le secrétariat, les colis de Noël pour les personnes âgées.
De tempérament dynamique, ce dont elle a horreur : rester assise ! « Au repas des anciens, je ne m’assois jamais, je fais la bise à toutes les personnes présentes » souligne-t-elle.
Elle a aussi mis en place, avec l’équipe municipale, de nombreux services pour les personnes en difficulté : la navette des « Restos du cœur », la présence du Carré-rouge mobile sur le parking de l’ancien collège, le Caarud, Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogue.
« J’ai souhaité ces services à Châtillon parce qu’il ne faut pas se voiler la face, des personnes en ont besoin. Mon but, c’est que les gens s’en sortent sans être jugés mais en ayant une assistance. Je ne suis pas assistante sociale, je suis une intermédiaire, une conseillère et je suis accessible à tous ».
Si elle est tellement investie dans la Commission sociale, c’est également parce que son travail, qu’elle exerce depuis 24 ans à l’Hôpital de Gien s’inscrit plus ou moins dans le domaine du social. Technicienne en information, elle y gère, en outre, les plaintes de l’hôpital. Elle est donc habituée aux situations délicates et sait y faire face.
Egalement investie pour l’Association des Aides à domicile, elle en est la présidente depuis l’année dernière. Elle avait décidé avec Bernard Bonnefont, également Adjoint, de rejoindre le Conseil d’administration pour sauver cette association qui se mourait. Mais en aucun cas, elle ne voulait en être Présidente. Et pourtant…
« Pour que l’association continue d’exister, je n’ai pas eu d’autre choix que de la présider, je ne regrette rien mais je fatigue un peu quand même », sourit-elle.
A présent Conseillère communautaire, Catherine n’a que très peu de temps libre et, même si elle aime ce qu’elle fait au sein de la Mairie, elle songe parfois à laisser la place aux plus jeunes. Seul problème : Catherine est une vraie pile électrique ! « Si je ne faisais pas tout ça, je m’ennuierai » avoue-t-elle.
Très présente pendant les manifestations, les évènements, elle considère que c’est le rôle de tout le Conseil d’être là : « Etre à l’écoute, être présent, encourager les organisateurs à continuer, ça fait aussi partie de notre rôle ».
Depuis quatorze années au sein du Conseil et huit comme Adjointe, Catherine a toujours travaillé dans l’ombre sans jamais se mettre en avant : « Le social est un travail de longue haleine, que l’on ne voit pas ».
Et pourtant, elle ne troquerait sa place contre aucune autre…

Rencontre avec Eric Bedu, adjoint au Maire très investi

Depuis 2014, Eric Bedu est adjoint au Maire. En charge de la sécurité, l’éclairage public et les associations sportives, il prend son rôle très à coeur. Déjà Conseiller municipal dans le précédent mandat (2008-2014) d’Emmanuel Rat, il n’a rien perdu de sa motivation, bien au contraire.
Ce qu’il recherche avant tout, dans son rôle d’adjoint, c’est à répondre aux attentes des Châtillonnais, les aider et leur rendre service. Ce qu’il fait déjà dans ses autres activités puisqu’il est aussi pompier volontaire depuis 25 ans et qu’il travaille au SDIS (Service départemental d’Incendie et de Secours) à Orléans où il réceptionne les appels d’urgence.
Dans tout ce qu’il entreprend, Eric est entier et s’investit énormément : « Je ne sais pas faire les choses à moitié, j’ai envie de bien faire et j’adore ma commune ».
Pour se consacrer encore davantage à la mairie, Eric a décidé de mettre fin à sa carrière de pompier au mois d’avril prochain : « En 25 ans, je pense avoir fait le tour de beaucoup des activités de la caserne au sein de la caserne. Je préfère arrêter parce que je cumule beaucoup et que je veux être totalement investi dans ce que j’entreprends par ailleurs ».
A l’inverse, il a encore beaucoup de projets et d’idées à apporter au Conseil et à la Ville :
« A la mairie, on ne s’ennuie pas, il y a toujours à faire. Et, j’ai beaucoup de projets à concrétiser ».
Ses débuts en tant que conseiller, il les a faits aux côtés de Gérard Galfano, « son tuteur » comme il l’appelle. Ensemble, ils ont été à la tête de la Commission sécurité, qu’Eric partage maintenant avec Philippe Jarret, et ont mis en place, entre autre, l’installation de défibrillateurs instaurée par Gérard.
C’est maintenant Eric qui poursuit l’action et compte équiper tous les locaux appartenant à la Commune. Actuellement les Centres socio-culturel et médico-social, l’ancien collège, le stade et les deux gymnases en sont dotés. Pour Eric, c’est indispensable : « Avec 2500 euros, on peut sauver une vie, et une vie, ça n’a pas de prix ».
Même si dans quelques mois, Eric ne fera plus partie de la caserne des pompiers de Châtillon, il continue, par le biais de la Mairie, à partager cette expérience et surtout à privilégier la sécurité mais aussi la santé de chacun.
C’est pourquoi, il a souhaité que le personnel de la Mairie soit formé au PSC1 (prévention et secours civique de niveau 1). La première session a eu lieu hier. Et, d’ici la fin du mandat, l’adjoint aimerait que tout le personnel ait obtenu son diplôme.
Eric a aussi pour projet d’organiser des stages de sensibilisation à la sécurité routière en mars 2016, avec la gendarmerie, les pompiers, les médecins, les référents de la Préfecture et partenaires privés qui interviendront à l’école et au collège.
On lui doit encore l’équipement en extincteurs et en consignes d’urgence de certains bâtiments communaux qui n’étaient pas équipés (camping, ancienne perception, local informatique,). Une fois de plus, il poursuit le travail entrepris par Gérard lors de son précédent mandat.
Pour les panneaux indicateurs de vitesse, les deux hommes ont également fourni un travail d’équipe. Ce qui permet, à l’heure actuelle, que Châtillon soit équipé de 5 panneaux indicateurs de vitesse sur 8 entrées de Ville.
Eric est aussi à l’origine des « toutounet », quatre petits jardins réservés aux chiens pour faire leurs besoins et qui permettent, à l’heure actuelle, une meilleure propreté de la Ville. Et, des petits murets servant à accrocher les panneaux avec le nom des rues : « On avait fait un essai aux « Travards » et ça avait beaucoup plu, alors on s’est dit pourquoi pas continuer. C’est quand même bien plus esthétique ».
Autre domaine dont Eric est en charge : l’éclairage public qui a subi de nombreuses transformations.
Tout d’abord, le changement de prestataire, Citéos a remplacé la SPIE, l’éclairage a été rénové dans de nombreuses rues. Et, la numérotation de chaque armoire électrique et lampadaire de la Ville est en cours.
Tout cela a été pensé avec un souci d’économie car pour Eric « le maître-mot, aujourd’hui, dans une mairie, c’est l’argent. Sans financement, on ne fait rien ».
L’adjoint essaye de se rendre disponible, le plus possible, pour les associations sportives, qu’il a également en charge. Il se rend aux assemblées générales, essaye de répondre à leurs attentes, d’être à l’écoute.
« Je ne peux pas toujours être présent mais je fais en sorte qu’un autre membre du Conseil y aille à ma place » souligne Eric.
Si aujourd’hui il est tellement investi, c’est parce qu’il aime sa commune par-dessus tout et qu’il ne se voit pas vivre ailleurs : «Depuis des générations ma famille habite à Châtillon, je suis incapable de déménager, j’ai trop d’attaches ici ». Son secret ? L’organisation.
« Si je ne m’organisais pas méthodiquement, je ne pourrais pas suivre ».
Tout le travail qu’il entreprend à la Mairie, il le fait en équipe et le plus de Châtillon, pour lui, c’est la bonne entente qui règne entre le personnel, le Conseil et le Maire : « Le maillage et les entités qui sont en place, nous amène la richesse de ce que l’on fait aujourd’hui. Et surtout, sans les services techniques et administratifs, rien ne serait possible ».

Entretien avec Philippe Jarret, Conseiller municipal

Philippe Jarret, Conseiller municipal, est en place aux côtés d’Emmanuel Rat depuis maintenant 8 ans. Un rôle qu’il se plaît à partager avec les autres membres du Conseil et les Châtillonnais.
Son plaisir : s’investir et se donner à fond dans tout ce qu’il entreprend. En dehors de son rôle de conseiller, il travaille comme adjoint technique au lycée Bernard Palissy à Gien.
Il a aussi un attrait tout particulier pour ce qui touche à la culture, la communication, sans oublier l’Histoire et la Préhistoire qu’il affectionne beaucoup.

Depuis combien de temps êtes-vous conseiller municipal à Châtillon ?
-C’est mon second mandat aux côtés d’Emmanuel Rat. Ca fait donc 8 ans maintenant que je suis conseiller. Et, je suis toujours aussi ravi d’oeuvrer pour Châtillon.

Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir conseiller ?
-Le Maire a fait appel à moi et j’ai accepté. J’avais envie de m’investir pour ma commune. Avant d’être au sein de l’équipe, je faisais partie de ceux qui critiquaient certaines choses. Par challenge, j’ai donc eu envie d’intégrer le Conseil. Ce rôle me permettrait de donner mon opinion sur ce qui était, à mon sens, à revoir. Et, tout simplement, j’aime ma Ville.

Vous faites partie de plusieurs commissions ?
Oui, je fais partie de la Commission culture et patrimoine, communication, de celle concernant l’éclairage public, le tourisme et la sécurité. Et, comme tous les autres conseillers, je suis à la Commission des finances.

Quelles sont, à vos yeux, les qualités les plus importantes pour un conseiller ?
-Le plus important : c’est de faire avancer Châtillon. On se bat ensemble dans un même intérêt même s’il y a parfois des désaccords.
Chacun a ses préférences et partage ses connaissances.

Est-ce que depuis vos débuts au sein du Conseil, vous pensez avoir atteint votre but ?
-Jusqu’à maintenant, oui, je pense. L’évolution est positive dans de nombreux domaines.
Je dirais que le mandat précédent a vraiment été très productif notamment en travaux avec le Gymnase, l’EHPAD, le Collège, le projet de la Maison de santé … Je suis vraiment satisfait de contribuer à offrir un bon cadre de vie aux habitants. C’est d’ailleurs une de mes priorités.

En dehors de votre rôle de conseiller, quels sont vos centres d’intérêts ?
-Je suis passionné d’archéologie, et tout ce qui a un rapport avec le Patrimoine et l’Histoire.
Je suis président des « Amis de l’Archéologie » et membre de la Fédération archéologique du Loiret. Chaque année, j’anime les journées du Patrimoine. Depuis 15 ans, je n’en ai pas loupé une et ce, même avant d’être élu.
Je suis aussi intéressé par l’informatique.

Durant votre précédent mandat et celui en cours, que pensez-vous avoir apporté à la Commune ?
-Je suis à l’origine de la création de l’actuel site internet. Comme je l’ai dit précédemment, j’aime beaucoup l’informatique. Et, je voulais que la ville de Châtillon possède un site qui la représente à sa juste valeur. Auparavant, il y avait bien un site d’informations qui n’était pas complet.
Depuis 6 ans, je suis donc, de très près, l’évolution du site, je valide les mises à jour et propose des idées aux personnes qui sont chargées de l’alimenter de l’alimenter.
J’ai participé à la mise en place du musée Castellio, association dont j’étais membre à l’époque. Le musée a été créé en 2004.

Si Emmanuel vous proposait un troisième mandat à ses côtés, vous répondriez présent ?
-Oui, pourquoi pas.
J’aurais alors plus de temps à y consacrer puisque je serais en retraite.
Et, je continuerai à m’investir pour tout ce qui a été entrepris.