Evènements

A la commémoration du 8 mai

Après une messe à l’église Saint-Maurice, la veille, nombreux sont ceux qui ont participé, le mardi 8 mai à la commémoration de l’Armistice de la seconde guerre mondiale.
Aux sons des instruments de « L’Union musicale châtillonnaise », la marche a débuté à la Mairie.

Le Maire, Emmanuel Rat, ses adjoints et ses conseillers, la Gendarmerie, les pompiers, les habitants de la Ville mais aussi les enfants de l’Ecole étaient présents pour cette commémoration de l’Armistice du 8 mai.
Le cortège est parti de la Mairie pour rejoindre le Monument aux morts où le Maire et les anciens combattants ont déposé, chacun, une gerbe de fleurs en mémoire aux disparus.
Le Maire a prononcé un discours du secrétaire d’Etat, suivi par les enfants de l’Ecole primaire. Une quinzaine étaient présents et ont prononcé, chacun leur tour, un discours en hommage aux morts à la guerre.
Très applaudis. Le Maire les a invités à redire leur discours de retour à la Mairie après avoir fait le tour de la Ville en musique.
C’est donc sur le parvis de la Mairie que les enfants se sont, de nouveau, prêtés au jeu de la lecture d’un texte préparé, en amont, avec leur professeure, Valérie Peres.
Tous les enfants présents ont, ensuite, reçu des sachets de bonbons. Les plus grands, quant à eux, ont été invités à partager un verre de l’amitié à la salle de la Mairie, rue du Cormier.
Retrouvez les enfants en vidéo en bas de cette page.

Les acteurs du Téléthon remerciés

Cette année encore, les associations et les bénévoles ont été nombreux à s’investir pour le Téléthon. Le temps maussade a rendu le déroulement de la journée un peu difficile. Cependant, les Châtillonnais ont apporté leur contribution et ont permis d’enrichir la cagnotte de 1842, 60 euros.

Le jeudi 21 mars, Annie Dussault remerciait les associations, les commerçants et les bénévoles qui se sont investis pour le Téléthon les 7 et 8 décembre dernier. Tous ont reçu un diplôme.
En voici la liste :
• « Les Bons vivants de Chanoy »
• « Lili pizza »
• « La Gymnastique volontaire »
• « Le Tennis club »
• «L’Ecole primaire »
• « Les P’tits loustics »
• « Sports et loisirs châtillonnais »
• « Le Club de basket »
• « Titonio tatoo »
• «L’Association bénévole pour le don du sang »
• « Racing club de football »
• «L’Union musicale »
• « La Clef des chants »
• « Les Randonneurs ligériens »
• « Les Amis du livre »
• « Badminton Club »
• « Association des sapeurs pompiers »
• « Australia-sur-Loire »
• «  Office de Tourisme »
• « Les Peintres du printemps »
Sans oublier la Municipalité, les services techniques, Ophélie pour la danse, Patrick et Lolita pour la musique.

Une web-tv à Châtillon

Voilà maintenant deux mois que la première émission de la nouvelle web-tv châtillonnaise a été lancée et, pour le moment, le succès est probant. Faire découvrir des talents, partager, s’amuser : voilà le crédo des six amis à l’origine de ce projet.

C’est avant tout une histoire de potes ! Mais aussi et surtout une passion pour la télé, la musique, l’animation !
A l’origine de ce projet : Cyrille Ouvray et Fabien Bourget, respectivement producteur, régisseur et technicien au sein de leur studio.
Cyrille Ouvray, lui, connaît bien le monde de la télévision, de la production pour lequel il a travaillé dans de grands groupes.
Forts de leurs expériences, les deux hommes ont eu envie de créer un studio d’enregistrement, ce qui n’était pas très évident. Après de multiples demandes pour créer des clips, ils ont donc eu envie de se lancer. La web-tv est née.
L’aboutissement du projet aura demandé près d’une année de travail. Que ce soit pour réaliser des travaux, acquérir du matériel, trouver le concept, s’entourer, etc.
Le premier direct a donc eu lieu le vendredi 9 février avec des invités bien connus du public giennois « Les Pirates de l’air ». En charge de l’animation : Tiffany et Sergio. Tous deux connaissent bien le monde du spectacle. Tiffany a travaillé 5 ans comme animatrice. Elle danse, chante et a aussi été présentatrice. Sergio, lui, est animateur, chanteur et a fait des voix off pour des spots publicitaires et une grande chaîne de télévision.
« C’est quand même une nouveauté pour nous d’être devant une caméra et non devant des gens. A l’avenir, on aimerait réussir à avoir du public, ce serait le top », nous confient-ils.
Les deux autres membres du groupe : Olivier Goujon, cadreur qui est aussi réalisateur et a tourné plusieurs films dans la région, Frédéric Picot, chargé des retours pour le son et du bon fonctionnement de l’ensemble.
Chacun a son rôle et tous s’entendent à merveille.
Leur émission « Ghostrecords-TV » fait déjà le buzz et Gien voudrait voir la petite équipe s’installer dans la ville. Eux préfèreraient rester à Châtillon, mais ils souhaitent mettre en place, assez rapidement, un vrai plateau. Pour le moment, les vidéos sont tournées dans une pièce avec un décor virtuel.
Dans la maison de Cyrille, le producteur, ils n’ont pas assez de place pour un plateau et leur souhait, à terme, est vraiment de pouvoir partager en live avec le public. « Pour le moment, ça ne nous rapporte pas d’argent, on fait ça parce qu’on est passionnés mais on espère bien pouvoir développer encore et encore, continuer à échanger et à faire connaître des artistes », précise Cyrille.
Les deux premières émissions et les suivantes sont disponibles sur la chaîne Youtube.
Chaque émission dure près d’une heure et demi et nécessite 2 à 3 semaines de travail et de préparatifs, de quoi bien occuper la petite équipe qui attend avec impatience les propositions de la Commune pour créer un plateau.
Alors si vous avez un local, une maison, un garage aménageables et non utilisés, n’hésitez pas.

Voici le lien de la première vidéo : https://youtu.be/DIQjjNYYY0Q

A Châtillon, les maisons se vendent…

Le Maire, Emmanuel Rat, l’avait souligné à ses vœux : « Les maisons se vendent à Châtillon ». En 2017, 40 biens ont été vendus sur la Commune sans compter les terrains à bâtir, les ateliers et les garages.

Patrick Chausson, agent immobilier et propriétaire de l’agence Centr’immo située dans la Grande rue ne contredit pas les propos du maire. « En effet, nous avons de la demande », précise-t-il. Son fils, Corentin, agent immobilier lui aussi, ajoute même que « sur les maisons vendues à Châtillon, la plupart ont été achetées par des jeunes ».
En voilà un autre point positif : les jeunes s’installent dans la Ville. Pour le Maire qui reçoit au moins deux familles sur trois nouvelles venues à Châtillon, les raisons évoquées sont multiples : les médecins, les écoles et les associations. Mais aussi le cadre de vie, l’environnement et le calme par rapport à des villes plus grandes.
Patrick Chausson confirme. En effet, les acheteurs sont séduits par les commodités scolaires, la rivière, les canaux, la Loire. « Sans la contrainte du pont, on verrait une ouverture encore plus grande. Cependant, depuis quelques temps, on remarque une hausse des demandes », précise l’agent immobilier. Cela nous incite donc à penser que depuis que nous sommes fixés sur l’avenir du pont sur la Loire, les gens hésitent moins.
Dans les chiffres, cela s’avère vrai aussi puisque depuis le début de l’année les certificats d’urbanisme et les ventes ne cessent de s’accroître.
En dehors des maisons, les terrains à bâtir, eux aussi, sont prisés : 21 l’année passée, presque une dizaine en ce début d’année. « Grâce à la surtaxe que l’on effectue sur les terrains, on peut maintenant proposer des terrains à la vente et, c’est tant mieux », sourit le Maire. Pour être plus clair, de nombreuses personnes gardent des terrains constructibles pour leur famille ou « au cas où », la Mairie surtaxent ces biens afin que les propriétaires soient dissuadés de ne rien en faire. Ils les proposent ainsi à la vente comme terrains à bâtir.
« Il y a une phase de réveil ! En ce moment, rares sont les jours où l’on ne fait pas de visites », explique Patrick Chausson. Les maisons qui se vendent sont des résidences principales ce qui veut dire que les acheteurs ont fait le choix de vivre ici, à Châtillon.
Cela dit, les maisons qui se vendent sont des maisons avec un minimum de travaux et à un prix raisonnable. Le Maire, Patrick Chausson, son fils et Myriam Kriewicky, agent immobilier chez Centr’immo s’accordent à dire que si c’est vendu au bon prix, les biens partent très vite.
Même si c’est difficile, il faut donc revoir certains prix de vente à la baisse.
Au dernier recensement, il y a deux mois, 3217 âmes vivaient à Châtillon. « C’est plutôt stable. On a gagné 300 habitants durant les 20 dernières années et, en moyenne, on gagne 15 habitants par an », précise le premier magistrat de la Ville.
Avec l’opération de renouveau du Centre-ville l’année prochaine, on peut espérer que cette croissance continue. C’est, en tout cas, ce que tous souhaite…

La Loire de plus en plus propre

Voilà huit ans que, le 1er samedi du mois de mars, les chasseurs de gibiers d’eau, les pêcheurs et des bénévoles nettoient les bords de la Loire pollués par de nombreux détritus, en tous genres.

C’est assez tôt ce samedi matin : treize bénévoles ont passé les bords de Loire au peigne fin pour y ramasser toutes sortes d’objets lancés par les fenêtres des voitures, laissés sur place ou même jetés intentionnellement. Un pneu, une selle de moto, des canettes de bière, des sacs en plastique et même des panneaux du parcours de santé : voilà ce qu’ont pu trouver, sur les berges du fleuve, les bénévoles.
Le bilan est néanmoins positif puisque, chaque année, la quantité de déchets ramassés diminue. « C’est finalement une bonne nouvelle, les gens sont un peu plus responsables », s’accordent à dire les bénévoles.
Bruno Bordeau, le président de l’APPMA (Association de pêche et de protection des milieux aquatiques) déplore un manque d’investissement des pêcheurs. « Nous ne sommes que trois ce matin. Alors que l’entretien du milieu aquatique fait partie des missions de l’Association ».
A treize, les bénévoles ont nettoyé le petit bras de Loire, l’île à Gaston, l’allée des Soupirs et les bords de Loire côté camping. En tout, ils ont ramassé 4m3 de déchets, bien moins que l’année passée.
La chaîne de télévision France 3 n’a pas manqué l’événement : une journaliste et une cameraman se sont rendues sur place. Le reportage a été diffusé le jour même au journal régional. Vous pouvez retrouver le lien de cette vidéo sur la page d’accueil (de la 4ème à la 6ème minute).

Châtillon passe au zéro phyto

Après Cernoy en octobre et Pierrefitte il y a quelques jours, c’était au tour de Châtillon de signer la charte d’engagement zéro pesticide. En effet, la loi Labbé interdit aux communes, depuis le 1er janvier 2017, l’usage de pesticides.

Le lundi 19 février, Martine Burguière, présidente de l’association « Loiret nature environnement » et Tatiana Chartrain, éducatrice à l’environnement pour cette même association, étaient venues sensibiliser le public, hélas peu nombreux, à l’utilisation dangereuse des produits phytosanitaires. Une petite dizaine de personnes seulement avait fait le déplacement.
Christelle De Crémiers, vice-présidente de la Région Centre-Val-de-Loire, Emmanuel Rat, le Maire, Bernard Bonnefont, adjoint en charge du fleurissement, notamment, Eric Bedu, adjoint en charge de la sécurité ainsi que Frank Perdieus, le garde-champêtre, étaient présents.

La France est le deuxième consommateur européen et le troisième consommateur mondial de pesticides, 65 000 tonnes ont été utilisées dans le pays en 2014. Des chiffres qui font froid dans le dos quand on connaît les risques liés à l’usage des ces produits et quand on sait le nombre d’années qu’il faut pour qu’ils disparaissent totalement de l’atmosphère.
Christelle De Crémiers a d’ailleurs ajouté que les chiffres donnés étaient ceux qui concernaient les pesticides légaux mais nous sommes aussi les premiers consommateurs de pesticides illégaux.
A l’aide d’un diaporama, Tatiana Chartrain nous a informés sur l’histoire de ces produits, les dangers d’utilisation et les alternatives. Dans le Loiret, 80 communes ont déjà signé la charte et, au niveau régional, près de 300. Cette charte interdit l’usage des pesticides sauf dans les cimetières et les terrains de sports. Pour autant, si les communes souhaitent ne pas en faire usage dans ces endroits, c’est encore mieux. C’est d’ailleurs ce que 5 communes du Loiret ont choisi de faire.
A Châtillon, le Conseil municipal et les habitants qui se sont déplacés sont bien conscients du problème engendré par l’utilisation des ces produits. Pour rendre la ville encore plus accueillante, attractive et même insolite, Tatiana Chartrain a proposé plusieurs types d’aménagements possibles avec des semis en pieds de murs, des trottoirs gravillonnés et non goudronnés, un plus pour l’évacuation de l’eau de pluie. Si la Commune ne souhaite pas fleurir les trottoirs, il existe plusieurs possibilités : entretien mécanique, thermique ou encore des solutions naturelles à base d’amidon de maïs et de coco.
Pour les particuliers aussi, même si l’interdiction ne prendra effet qu’en janvier 2019, vous pouvez prendre les devants et faire des gestes éco-responsables en évitant l’utilisation des pesticides dans votre jardin. Les produits phytosanitaires sont, désormais, interdits à la vente en jardinerie.
Côté municipalité, un petit tour a été fait dans les locaux des services techniques afin de savoir quels produits étaient à bannir. Des panneaux « Commune sans pesticides » seront installés aux entrées de ville.
Si vous voyez quelques brins d’herbes dépasser du trottoir, ce n’est pas par manque d’entretien, c’est pour l’environnement et pour notre santé à tous !

Haut de page