Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

Le pont sur la Loire

Le pont : bien câblé !

Voilà près d’un an maintenant que les travaux du pont sur la Loire ont débuté. Les équipes de la société Baudin Châteauneuf, en charge de la réparation de l’ouvrage, attaquent en ce moment la dernière partie des câbles.

Depuis le mois de juillet, les câbles provisoires ont commencé à prendre place sur le pont. Ces câbles, comme nous vous l’avions déjà expliqué dans un précédent article, serviront à soutenir l’ouvrage pendant toute la durée des travaux.
Il existe trois types de câbles : les câbles de tête, situés au-dessus des piles tout en haut du pont, déjà installés mais que les ouvriers sont actuellement en train de tendre.
Les câbles de retenue qui vont des piles aux massifs d’ancrage situés aux quatre coins de l’ouvrage. Ils sont déjà installés et vont être tendus prochainement.
Les câbles porteurs, en forme de parabole, qui vont être installés la semaine prochaine avec les suspentes. Cette opération durera jusqu’à la fin du mois d’octobre.
Ces travaux seront faits par travées afin que le pont soit maintenu en charge au fil des opérations.
Autre étape à venir : les clouages. Ces derniers permettent de retenir les massifs en béton dans le sol. Ce travail nécessitera la présence d’une foreuse qui viendra creuser à 35 mètres de profondeur dans le sol au niveau de chaque ancrage. Soit à huit reprises côté Châtillon et à huit reprises côté Briare.
Aucune fermeture n’est prévue pour cette intervention. La prochaine fermeture programmée aura lieu au mois de novembre pendant le transfert de charge et les phases de rééquilibrage du pont, pour 2 à 3 jours maximum.
Actuellement, ce sont 15 personnes qui travaillent de jour sur l’édifice. Sur le tablier, donc sous l’ouvrage, une équipe de 4 personnes de la société TETRA réalise les finitions du plancher. Il sera terminé et contrôlé en fin de semaine.
Cyrille Brusseaux, conducteur de travaux pour la société Baudin veille au bon déroulement de chacune des étapes. Dans l’ensemble, les ouvriers n’ont pas rencontré de difficultés sauf pour réaliser les ancrages. En effet, la qualité du sol en rive gauche ne leur a pas permis de creuser à l’endroit souhaité. Ils ont donc perdu un peu de temps mais trouvé une solution alternative.


Le point sur les travaux du pont

Cela fait presque un an maintenant que les travaux de réhabilitation du pont sur la Loire ont commencé. Prochaine étape : les câbles provisoires. Leur mise en place commence dès cette semaine.

A partir du lundi 15 juillet, les câbles provisoires de tête de pile vont être installés côté Châtillon, en d’autres termes, il s’agit des câbles qui partent du sol, dans les massifs d’ancrage et qui rejoignent la pile du milieu du pont. Ces câbles provisoires soutiendront le pont pendant toute la durée des travaux. Pour cela, la charge va être transférée, des anciens câbles, qui seront détendus afin d’être déchargés du poids de l’ouvrage, vers les nouveaux, qui seront tendus afin de supporter la charge. Après cette opération, et seulement à la fin de l’installation de tous les câbles provisoires, les anciens câbles pourront être retirés. La dépose des vieux câbles ne se fera pas avant le mois de novembre. La réalisation se passera comme suit : les câbles vont être déroulés depuis le dévidoir, installé côté Briare. Un manitou treuil permettra ensuite de les hisser sur chaque pile du pont. Quatre fois 170 mètres de câbles seront nécessaires pour cette opération. Un travail titanesque auquel s’ajoutera la mise en place des câbles porteurs. Ces travaux dureront tout l’été (environs 2-3 mois). Aucune fermeture n’est prévue pour la réalisation de ces travaux.
Dans le même temps, des échafaudeurs oeuvrent à la finition des planchers de travail situés au-dessus des piles. Ces derniers permettront les travaux en hauteur (peintures, vérification des pièces, etc.). Actuellement, 15 personnes travaillent sur le pont : une équipe de sept personnes pour la société Baudin et huit personnes en sous-traitance sur les massifs d’ancrage et les carottages.

Des fermetures de nuit sur le pont...

Les travaux du pont sur la Loire sont en cours depuis maintenant 8 mois. La société Baudin, en charge de la rénovation de l’ouvrage, œuvre afin que le pont soit toujours utilisable par les usagers. Cependant, pour cette semaine et celle à venir, les travaux qui seront entrepris nécessiteront la fermeture de nuit l’ouvrage.

Depuis le mardi 11 juin et jusqu’au 14 juin, le pont sera fermé de nuit de 21 heures à 6 heures du matin, travaux obligent. En effet, si la société Baudin essaie d’éviter au maximum les fermetures de l’ouvrage, certains travaux ne sont pas réalisables quand le pont est ouvert.
Les équipes vont mettre en place les selles en tête de pile et sur les piles internes. Ces selles serviront à maintenir les câbles provisoires qui vont être installés à la suite. L’installation des câbles devrait commencer à la fin du mois de juin et ce jusqu’à la mi-août.
Ces câbles serviront à maintenir l’ouvrage provisoirement, pendant toute la durée des travaux, avant d’être remplacés par les câbles définitifs qui prendront place en 2020.
Les selles et les câbles provisoires permettront l’usage de l’ouvrage quelques soient les conditions météorologiques. Soyez donc rassurés, en dehors des fermetures de nuit pour travaux, le pont ne sera plus fermé même en cas de températures négatives.
Pendant que la société Baudin s’occupe des selles, d’autres entreprises en sous-traitance, effectuent d’autres travaux.
La société SEGEC qui gère la partie génie civil s’attèle aux carottages et aux ancrages. Ils travaillent, en ce moment, sur la rive droite, côté Briare.
Quant à l’entreprise CIRENE, elle est en charge de la mise en place du plancher suspendu sous le tablier. Ils entament la troisième travée cette semaine.

Le Maire parle du pont sur la Loire à Canal +

Vendredi 7 septembre, un documentaire intitulé « Nos ponts, côté pile » était consacré aux ponts suspendus dans l’émission « L’info du vrai l’événement » sur Canal +. La France compte près de 200 000 ponts qui traversent les fleuves mais sont-ils tous en bon état ? Voici la question sur laquelle ont voulu revenir les journalistes de Canal +…

Le mois dernier, à Gênes en Italie, un pont s’écroulait. Un événement qui n’arrive jamais ou presque… Dans le Loiret, en 1985, à Sully-sur-Loire, alors que des usagers l’empruntaient, le pont sur la Loire s’écroulait par moins 20 degrés.
Depuis, le Département est très vigilant et met tout en œuvre afin d’éviter un nouveau drame. C’est justement le cas pour le pont suspendu sur la Loire de Châtillon.
Ce dernier est fermé depuis trois hivers quand les températures sont inférieures à 0 degré. Une décision du Département partagée par le Maire, Emmanuel Rat qui rappelle dans ce reportage ne vouloir prendre aucun risque.
C’est avec le sourire qu’il confie aux caméras : « C’est en bonne voie, nous allons pouvoir dormir tranquilles ». En effet, les travaux vont démarrer très prochainement, début novembre précisément. En usine, l’entreprise Baudin à Chateauneuf-sur-Loire travaille déjà sur la fabrication des câbles. Nous nous y rendrons d’ailleurs d’ici peu afin de vous faire partager les différentes étapes.
Ces travaux sont très coûteux et comme le Maire le rappelle dans le reportage, 20 millions d’euros vont être consacrés à la réhabilitation du pont. Un budget considérable imputé au Département qui, comme les communes, a subi de grosses restrictions budgétaires.
Pour Châtillon, en tout cas, la catastrophe a été évitée et, à l’horizon 2021, les usagers pourront circuler en toute sécurité par tous les temps.
Il va donc encore falloir faire preuve de patience pour cet hiver en tout cas puisque ce sera le dernier avec lequel il faudra composer avec les restrictions climatiques.

Vous pouvez retrouvez la vidéo et l’intervention du Maire au lien suivant Canal + à partir de la 7ème minute.

Sur le pont en ce moment et pour les semaines à venir...

Les travaux du pont sur la Loire avancent bien, très bien même. L'entreprise en charge de la réhabilitation de l'ouvrage, "Baudin Châteauneuf", respecte jusqu'ici les délais et ne rencontre aucun problème particulier.

Les cinq portiques de travail ont pris place en haut de chaque pile du pont. Ils seront opérationnels à partir du vendredi 12 avril. Actuellement, les ouvriers réalisent les finitions : garde-corps, armoires électriques.
Trois accès en échafaudages sont également en cours : grâce à un escalier, ils permettront aux ouvriers d'accéder aux têtes de piles. Ces travaux devraient se terminer la semaine prochaine.
La circulation par alternance a été installée la semaine dernière, elle restera en place jusqu’à la fin du chantier pour permettre aux ouvriers de réaliser les travaux de part et d'autre du pont sans empêcher la circulation. Les glissières de sécurité pour pérenniser la circulation sont en cours d'aménagement.
Quelques fermetures nocturnes ont eu lieu fin mars et début avril pour les besoins du chantier. Les prochaines fermetures de nuit ne sont pas pour tout de suite. Il y en aura de nouvelles à la mi-mai, aux alentours des 20 et 21 pour la mise en place des selles provisoires, car une grue sera indispensable pour équiper et caler les matériaux sur l'ouvrage. A la suite, le carottage des selles sera effectué : cette opération sert au bon maintien des câbles en tête de pile.
Les câbles, justement, seront bientôt remplacés. Fin mai, début juin, les câbles provisoires seront installés sur l'ensemble de l'ouvrage. Leur installation durera jusqu'en juillet. Ils resteront en place jusqu'à ce que les câbles définitifs soient fixés, l'année prochaine. La semaine prochaine, CIREM, le sous-traitant de la société "Baudin Châteauneuf" montera le plancher de travail sous le tablier du pont. Il permettra aux ouvriers le travail sous l'ouvrage. Ils pourront ainsi procéder au renforcement, à la peinture et à la réalisation de la passerelle.
Mais, encore un peu de patience et chaque chose en son temps, ces travaux ne sont pas encore pour tout de suite. Il reste encore beaucoup de travail sur la face visible du pont avant de commencer à s'atteler au reste.

En visite chez Baudin à Châteauneuf

Pour réhabiliter le pont sur la Loire, suite à un appel d’offre et à de nombreuses études, le Département a choisi l’entreprise Baudin à Châteauneuf-sur-Loire. L’entreprise loirétaine fête ses 100 ans cette année. C’est déjà elle qui, en 1951, avait reconstruit l’ouvrage.

Le vendredi 1er mars, c’est à Châteauneuf-sur-Loire que Marc Gaudet, le président du Département, conviait une assemblée réunissant de nombreux acteurs du Département. Emmanuel Rat, le Maire de Châtillon et moi-même étions invités pour cette journée découverte de l’entreprise Baudin.
A 14h30, nous sommes accueillis dans les locaux de l’entreprise. Nous sommes invités à nous asseoir dans une salle pour la présentation d’un diaporama par Damien Colombot, président du Directoire de la société.
Très vite, nous découvrons que l’entreprise Baudin ne se contente pas de fabriquer des ponts mais qu’elle est aussi spécialisée dans de nombreux autres domaines. Nous apprenons alors que l’entreprise est à l’origine de constructions connues de tous : le Palais omnisport de Paris-Bercy, le barrage du Mont-Saint-Michel, la voile photovoltaïque de la Seine musicale, les Moucharabiehs de l’Institut du monde arabe, la restauration du théâtre du Châtelet, les ascenseurs de la Tour Eiffel et bien d’autres.
La société Baudin regroupe 30 métiers du BTP, elle réalise environ 1000 chantiers par an et est à l’origine de 1500 ponts et 1000 piscines publiques.
Elle s’illustre dans cinq domaines : le bâtiment, les travaux publics, la mécanique, la maintenance et les supports.
Après cette présentation succincte de l’entreprise, attelons-nous au sujet qui nous intéresse : le pont et, plus particulièrement les câbles dont nous avons eu la chance d’observer la fabrication.
Les câbles neufs, qui viendront remplacer les câbles actuels, représentent 4730 mètres linéaires, presque 5 kilomètres de câbles de trois diamètres différents : 61,5, 68,2, 73 millimètres. Pour un total de 110 mètres de fils soit 68 câbles et 136 culots. Un poids et un travail colossaux pour l’entreprise.
En ce moment, elle finalise la fabrication des câbles provisoires qui seront fixés sur le pont afin de permettre les prochains travaux. Les câbles provisoires seront installés dans l’année. En novembre 2019, l’ouvrage sera entièrement sécurisé et l’ensemble de la suspension provisoire aura été réalisée.
Vous ne subirez donc pas un prochain hiver avec des restrictions de circulation en cas de températures négatives. Le pont pourra être fermé, de nuit, afin que les ouvriers réalisent certains travaux. Mais, la société Baudin s’est engagée et met un point d’honneur à en imposer le moins possible. Prochainement, une circulation alternée sera mise en place mais vous pourrez tout de même circuler en toute sécurité sur l’ouvrage.
Après une visite de l’ensemble des activités du groupe en usine, nous nous sommes arrêtés au pied d’une sacrée machine : la machine à « torner » les câbles.
Elle date de 1923 et a été créé par Ferdinand Arnaudin, constructeur de pont à Châteauneuf-sur-Loire à qui Georges-Camille Imbault et Basile Baudin, les fondateurs de la société Baudin se sont associés. Elle est basée sur le principe des cordages de mariniers et a été grandement améliorée depuis…
Pour faire simple, plusieurs bobines de fils achalandent la machine qui vient tourner dans un sens, puis dans l’autre les fils, pour former des câbles hautement solides.
Le matériau utilisé est le galva « le plus résistant », explique Damien Colombot qui n’est autre que le petit-fils de Georges-Camille Inbault, cité plus haut. Le galva peut supporter jusqu’à 210 kilos par mm2. Je vous laisse faire le calcul avec les chiffres donnés précédemment quant à la quantité de câbles venant soutenir le pont de Châtillon.
Voici un peu d’aide, le pont de Châtillon fait 2 471 m2 soit 2 471 000 mm2. Le tablier, lui, pèse… Vous pourrez découvrir la câbleuse en vidéo, un album photo de l’entreprise et un document power-point explicatif :
Présentation Baudin





Ca avance sur le pont…

Voilà plus de quatre mois maintenant que la réhabilitation du pont sur la Loire a commencé. Des travaux d’envergure sont en cours, vous l’aurez remarqué. Travaux qui, pourtant, ne perturbent que très peu la circulation.

Le mois dernier, le premier portique de travail était installé à l’entrée du pont, côté Briare, sur la première pile. La semaine dernière, l’installation du deuxième portique a été faite, de nuit, par les ouvriers qui mettent un point d’honneur à ce que la circulation ne soit quasiment pas perturbée.
Pour l’installation de ce portique, le Département prévoyait une semaine complète de fermeture. Or, le pont n’a été fermé que deux jours.
En effet, comme nous l’explique David Nicolas, chef de chantier pour la société Baudin, en charge de la réhabilitation, « on a fait au plus vite pour ne pas bloquer les usagers et réduire au maximum les fermetures ».
Dans les semaines qui vont suivre, trois autres portiques vont être installés. Ainsi, un portique prendra place sur chacune des piles du pont de manière à permettre aux ouvriers l’accès aux câbles et aux selles qui se trouvent à la base des câbles.
Ces deux éléments (selles et câbles) seront remplacés par des provisoires d’ici deux mois environ, en attendant que les définitifs viennent y prendre place, en fin d’année.
« Pour le moment, tout se passe très bien, on essaie même de prendre un peu d’avance », explique David Nicolas.
Il faut dire que la société Baudin et les ouvriers qui y travaillent sont habitués à ce genre de travaux. Spécialisés dans les ponts, l’entreprise fête son 100ème anniversaire cette année.
« D’habitude, nous travaillons sur des ponts à 50 mètres de hauteur. Ici, à Châtillon, on est à 13 mètres seulement. On maîtrise donc très bien le chantier », sourit le chef de chantier.
Pour le moment, six personnes y travaillent. Pour l’installation des portiques du milieu, elles devraient être épaulées d’une seconde équipe de trois personnes supplémentaires.
L’installation des portiques du milieu étant plus difficile et cette manipulation empiétant sur la route, le pont sera fermé de nuit (21 heures à 6 heures) à compter du 18 mars et ce, pendant 3 semaines. En journée, un micro-alternat permettra la circulation.
Pour vous donner une idée du travail que les ouvriers effectuent pour ces portiques : ils doivent d’abord les monter entièrement au sol afin de vérifier un éventuel problème ; ils les démontent ensuite en plusieurs parties pour pouvoir les installer en hauteur.

Le Département en visite au pont sur la Loire

Ce n’est une nouvelle pour personne, le pont sur la Loire est en cours de réhabilitation depuis le mois de novembre 2018. Ces travaux sont financés par le Département du Loiret, dirigé et présidé par Marc Gaudet, pour 21 millions d’euros.

Le mardi 5 février, Marc Gaudet et l’ensemble de la Commission des bâtiments, des routes et des canaux se sont rendus au pont sur la Loire.
« Nous avons l’habitude de nous déplacer régulièrement pour visiter les chantiers en cours. Il est important d’aller sur le terrain », a expliqué le Président.
D’autant qu’il s’agit du plus gros chantier actuel pour le Département.
Après avoir fait le tour en amont et en aval du pont, en passant par l’escargot, tous se sont prêtés à une séance photo avec un soleil particulièrement présent ce jour-là.
Une conférence de presse a alors été donnée dans un des préfabriqués de la base-vie de la société Baudin en charge des travaux du pont.
Marc Gaudet et Claude Clavier, directeur général adjoint du Conseil départemental se sont voulus rassurants « Nous sommes dans les derniers jours de fermeture du pont et les délais des travaux sont respectés ». En bref, ça roule « presque » sur le pont.
Le Président a aussi informé qu’une visite de l’entreprise Baudin aura lieu le vendredi 1er mars à Châteauneuf-sur-Loire. La commission, le Maire et moi-même seront de la partie. Je ne manquerai pas de vous informer du déroulement de la fabrication et de faire quelques vidéos (si j’y suis autorisée).
Côté travaux, où en sommes-nous ?
Le premier objectif : la mise en sécurité avec les suspensions provisoires est en cours et sera bientôt achevée.
Le plancher de travail côté nord, a été installé et celui côté sud devrait l’être incessamment. Ce qui permettra aux ouvriers de travailler en toute sécurité et d’avoir accès aux éléments situés en hauteur.
A l’horizon 2021, comme cela était prévu, Châtillon aura un pont tout neuf. Une inauguration est d’ores et déjà prévue. Et, elle sera certainement d’envergure au vu de la conséquence du chantier.

Après cette visite, le Maire, Emmanuel Rat a invité Marc Gaudet et l’ensemble de la commission à déjeuner au Centre socio-culturel.
Il a profité du moment de l’apéritif pour remettre deux cadeaux à Claude Clavier pour son départ en retraite, trois jours après la visite.
Ainsi, le Maire lui a remis un magnum de champagne et une assiette en faïence de Gien. Emu, Claude Clavier a tenu à remercier les personnes avec qui il a travaillé pendant de nombreuses années. A son tour, il a vivement été remercié et salué par Marc Gaudet pour son investissement, sa rigueur et sa bienveillance.






La chaîne de télévision France 3 filme le pont sur la Loire

Ce n’est pas la première fois qu’une chaîne de télévision se déplace pour mettre notre pont à l’écran. En septembre dernier, CANAL + avait interviewé le Maire, Emmanuel Rat, pour un documentaire intitulé « Nos ponts, côté pile ».

Cette fois-ci, c’est sur la chaîne de télévision France 3 que le pont sur la Loire qui est, actuellement l’objet de toutes les conversations, a été abordé.
Un journaliste et un caméraman étaient sur place, s’intéressant aux travaux et plus particulièrement à l’entreprise Baudin de Châteauneuf, spécialisée dans les constructions de ponts métalliques.
C’est avec Cyrille Brusseaux, conducteur de travaux chez Baudin - nous l’avions rencontré lors du lancement des travaux mi-novembre - que France 3 s’est entretenu. Celui-ci leur a expliqué comment allaient se dérouler les travaux et de quelle façon leur intervention était perçue par les habitants. Florent Dessenon, propriétaire du restaurant « Le Vieux port » a, lui aussi, été interviewé.
Justement, l’avancée des travaux, parlons-en !
Après une petite pause de quinze jours, fêtes obligent, les ouvriers ont repris le chemin du travail et, plus particulièrement, le chemin du pont de Châtillon.
Pendant toute cette semaine, c’est un travail très conséquent qui les attend ! Ils vont installer le portique de travail en tête de pile. En passant, vous avez certainement remarqué la présence d’un énorme « truc » en métal bleu. C’est de cela dont il s’agit !
Vu la taille de l’engin, vous imaginez bien que les véhicules ne pourront pas circuler pendant son installation.
Le pont est donc fermé toute la semaine, de nuit. De lundi et jusqu’à vendredi matin. Ca ne devrait pas beaucoup changer la donne pour les usagers puisque du gel est prévu toute la semaine. Le pont aurait été fermé, de toute façon !
Après l’installation du portique, les équipes de l’entreprise Baudin pourront travailler en sécurité et accéder plus facilement aux câbles de l’ouvrage qui vont être remplacés par des câbles provisoires en attendant les câbles définitifs.

Alors, on va vous demander encore et encore un peu de patience pour bénéficier, à nouveau, d’un pont ouvert toute l’année. Ca ne devrait plus tarder !

Vous pouvez visionner le reportage de France 3 grâce au lien suivant, le pont de Châtillon y est évoqué de la 6e à la 8e minute.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/emissions/jt-1213-centre



Quand la météo entraîne la fermeture du pont…

C’est devenu une habitude pour les Châtillonnais et ceux qui empruntent le pont sur la Loire pour aller travailler : pendant l’hiver, chaque jour, on ouvre le site du Département ou de la Ville pour savoir si l’ouvrage est praticable.

La fermeture du pont ce week-end a fait polémique, sur les réseaux sociaux notamment. En effet, les températures n’ont pas été négatives et le pont était fermé vendredi, samedi et dimanche soirs. Pourquoi ?
Hubert Montigny, chargé d’études observatoires de la route à la Direction de l’ingénierie et des infrastructures du Département nous l’explique : « On exploite des prévisions de températures de Météo France. Pour ce week-end, les prévisions étaient négatives. Nous avons pris la décision de fermeture vendredi et nous ne pouvons pas revenir dessus pendant le week-end puisque nos services sont fermés ».
Ce qu’il faut bien avoir en tête : l’ouverture et la fermeture du pont entraînent le déplacement et la mobilisation de nombreux services. Deux personnes sont chargées d’étudier les prévisions et de prendre les décisions de fermeture ainsi que de mettre à jour les informations sur les trois panneaux lumineux et le site du Département. L’agence territoriale de Sully-sur-Loire envoie des techniciens sur place, à Châtillon, pour ouvrir et fermer le pont.
Ces mêmes agents effectuent d’autres travaux sur le Département. Imaginons qu’une décision prise le vendredi soir soit changée le samedi matin, les équipes ne pourraient pas en être informées et ne pourraient donc pas intervenir. C’est techniquement impossible !
Alors oui, parfois le pont est fermé alors qu’il ne fait pas zéro degré ou moins mais il faut composer avec et se dire, aussi, que c’est le dernier hiver où cela peut survenir. Il est aussi arrivé que les prévisions soient favorables à l’ouverture et qu’il gèle, l’ouvrage est pourtant resté ouvert.
Il faut savoir que les décisions de fermeture n’arrangent pas non plus les ouvriers qui travaillent sur l’ouvrage puisque quand le pont est fermé aux véhicules, ils ne peuvent pas travailler.
En ce qui concerne les horaires d’ouverture et de fermeture, vous allez dire, 11 heures c’est tard pour que le pont ouvre à nouveau. Ces horaires ne sont pas choisis par hasard !
Il s’agit là d’un compromis entre le comportement thermique du pont et la contrainte au niveau du personnel.
« Par inertie, le pont se réchauffe moins vite que l’air donc par précaution, on attend que le pont se réchauffe », précise Hubert Montigny.
Le comportement du pont est différent en fonction des perturbations : vent, humidité, etc. Il faut donc composer avec. Le pont ne bénéficie pas d’échange d’énergie par conduction donc il ferme tôt le soir et rouvre tard et il n’y en a plus que pour 3 mois, à peine…
Depuis 2014, la première année de fermeture du pont, l’ouvrage a été fermé 194 jours en tout, sans compter les fermetures de cette année. Autrement dit environ 48 jours par hiver.
Si l’hiver n’est pas trop rude, il ne devrait plus y en avoir beaucoup, patience !
Pratique : pour vos déclarations de revenus, vous pouvez écrire au Département pour justifier vos frais supplémentaires auprès du service des impôts.



Ca avance sur le pont…

Après avoir commencé par installer toute leur « base vie », les salariés de la Société Baudin ont entamé, depuis une quinzaine de jours, les travaux de préparation de mise en place des portiques.

C’est une longue et laborieuse tâche qu’effectuent, en ce moment même, les ouvriers de la société Baudin. Ils préparent les têtes de pylônes à recevoir les portiques qui leur serviront à travailler au changement des câbles.
Tout cela est quelque peu technique mais, en gros, il s’agit de sécuriser et d’équiper le pont pour recevoir les câbles provisoires qui permettront d’effectuer les travaux. Les câbles et les ancrages du pont déjà en place étant trop fragilisés !
Une équipe de six personnes s’attelle à cela : trois oeuvrent sur le tablier, deux installent. Cyrille Brusseaux est le conducteur de travaux en charge de la bonne réalisation et du bon déroulement de ceux-ci. Pour le moment, le travail nécessite un « micro-alternat » étant donné que l’usage d’une nacelle est nécessaire. Cependant, pas de quoi perturber la circulation sur le pont.
Ils vont poursuivre ce travail jusqu’au vendredi 21 décembre, avant de prendre 15 jours de congés pour les fêtes. Ils reviendront le 7 janvier et c’est là que les choses sérieuses vont commencer !
A la mi-janvier, les portiques seront assemblés sur les têtes de piles. Le bitume sera gratté sur 4 ou 5 centimètres pour alléger le tablier avant qu’un tablier provisoire suspendu ne soit installé pour effectuer les travaux en toute sécurité.
Comme les usagers, les ouvriers sont contraints par la météo. Quand le pont est fermé, ils ne peuvent pas travailler ! La circulation avec des engins pouvant étant dangereuse vu l’état actuel de l’ouvrage. Après cinq jours de fermeture ce mois-ci, les employés ont donc dû, eux-aussi, composer avec cette difficulté. « C’est bien pour cela que notre travail prioritaire est de mettre une suspension provisoire afin que, l’hiver prochain, les températures ne nous causent plus de problème de coupure », explique Cyrille Brusseaux.
Pendant ce temps-là, en usine à Châteauneuf, les câbles provisoires sont terminés, les portiques sont en fabrication et les câbles définitifs seront réalisés vers le mois d’avril.

Des nouvelles du pont en janvier, après les fêtes !



Top départ des travaux du pont sur la Loire

On vous l’avait annoncé il y a quelques semaines, les travaux du pont sur la Loire ont commencé le vendredi 16 novembre au matin. L’entreprise Baudin de Châteauneuf-sur-Loire a posé ses bagages pour trois années de travaux intensifs…

C’est sur le parking situé à proximité du pont, côté camping, que les travaux ont débuté vendredi dernier. En effet, les ouvriers ont commencé le terrassement pour y installer « la base vie » le personnel de l’entreprise Baudin, en charge de la totalité des travaux de l’édifice.
Onze bungalows et trois containers seront installés à cet endroit afin d’accueillir les ouvriers et le matériel nécessaire à la réhabilitation du pont.
Pour le moment, une équipe de cinq hommes est sur place, avec une pelleteuse et une grue. Cette dernière a eu bien du mal à faire le trajet jusqu’à Châtillon, au vu des blocages actuels.
Anthony Marais, responsable d’affaires au sein de la société, nous explique que cette préparation va durer environ un mois et que, par la suite, ils s’attaqueront à l’aménagement des zones de travaux situées près des massifs d’ancrage (à chaque extrémité du pont donc).
Viendra ensuite, en tout début de l’année prochaine, le montage des portiques d’accès en tête de pylône, puis la mise en place de la charpente métallique.
Ces opérations se feront de nuit, étant donné qu’elles nécessitent la fermeture de l’ouvrage (pour quelques nuits seulement). Ce qui ne devrait pas trop impacter la circulation au vu des horaires de fermeture prévus.

En attendant, le pont a été fermé lundi soir dès 20 heures et rouvert mardi à 11 heures. Il a, de nouveau, été fermé mardi soir à 20 heures pour rouvrir ce matin à 11 heures, températures négatives obligent.



Des nouvelles du pont sur la Loire…

Non, non, non et non ! Le pont sur la Loire n’est pas fermé ! Il est ouvert et le restera jusqu’aux prochaines directives du Département. Les travaux qui doivent commencer dans quelques jours n’entraîneront pas, pour le moment, de fermeture.

Comme nous l’avions précisé à la suite de la réunion publique du … pendant où le Département était venu nous présenter le projet du nouveau pont, les fermetures du pont seront très ponctuelles. Elles auront lieu la nuit et s’étaleront sur une soixantaine de jours et ce, pendant toute la durée de la réhabilitation. Autant dire que cela ne devrait pas trop perturber les usagers.
Pour ce qui est des températures : si ces dernières sont négatives, le pont sera fermé ! Ce sera le dernier hiver où les Châtillonnais connaîtront des restrictions de circulation sur l’ouvrage. Pour le moment, aucune fermeture n’est prévue même si les températures sont en baisse. Elles devraient, cependant, remonter rapidement.
En ce qui concerne les travaux, ils débuteront le lundi 19 novembre. Dans un premier temps, il s’agira d’installer une « base vie » en aval côté camping, à l’entrée du pont afin d’avoir toutes les dispositions pour les travaux de réhabilitation qui, eux, démarreront au début de l’année 2019. Aucune perturbation de la circulation n’est prévue pendant cette période sauf en cas de températures négatives.
Quand les travaux de réhabilitation commenceront début 2019, la circulation se fera en alternance. Les premiers travaux prévus pour 2019 porteront sur les massifs d’ancrage (piliers situés aux extrémités du pont qui servent à porter les câbles).
Côté températures, le pont sera fermé dans les mêmes conditions que les années précédentes, c’est-à-dire, si la température est inférieure à 0 degré.
Vous serez avertis sur le site Internet, dans le bandeau informatif sur la page d’accueil ou par le biais des panneaux lumineux.

Faites preuve d’encore un peu de patience, vous aurez bientôt un pont tout beau, tout neuf !



Un pont sur la Loire tout neuf à l’horizon 2021

On en a entendu des « on dit » concernant les travaux de notre pont sur la Loire. Mardi 19 juin, les élus du Département avaient fait le déplacement en nombre pour informer, répondre aux questions et expliquer, en détails, le déroulement des travaux.
Alors oui, le pont sera bel et bien réhabilité et vous pourrez y circuler même pendant les travaux qui commenceront en octobre…

Salle comble pour la réunion d'information sur l'ex-futur pont sur la Loire ! Marc Gaudet, le président du Département était aux côtés d'Emmanuel Rat, le Maire de Châtillon, pour informer les administrés quant au nouvel ouvrage dont les travaux débuteront au mois d'octobre 2018. Etaients présents : Alain Touchard, vice-président du Conseil départemental; Claude Clavier, Directeur général adjoint ; Pascal Lenoir, Directeur de l'ingénérie et des infrastructures; Sandrine Eugène, responsable du service études et travaux; Michel Lechauve, Nadine Quaix, Philippe Vacher, Michel Breffy, conseillers départementaux; Damien Colombot, président du directoire de la société Baudin; Pierre-François Bouguet, Maire de Briare; Olivier Victouron, chargé d'opérations ainsi qu'Alain Spielmann, l'architecte en charge de la conception du nouvel ouvrage. Après une présentation des élus par Emmanuel Rat, Marc Gaudet, le président du Département a pris la parole pour présenter le projet d’envergure dont le fond avancé est de 21 millions d’euros.
Il a très vite donné la parole à Alain Spielman, l’architecte, qui a expliqué pourquoi avoir choisi une telle conception. A savoir, la réhabilitation du pont avec une passerelle en encorbellement pour la circulation douce (vélos et piétons). L’idée était de préserver au mieux le pont monumental avec la géométrie des pylônes et des câbles.
« L’élégance de ce pont sera dans la discrétion », a précisé l’architecte.
L’escargot, singularité de l’ouvrage, sera desservi par un escalier permettant de rejoindre la passerelle qui sera située en aval, vous l’aurez compris. Un belvédère comme lieu convivial permettra d’admirer le paysage en aval.
Des hublots sur le sol seront installés afin de voir la rampe et d’attirer les touristes.

Claude Clavier, Directeur général adjoint nous a, ensuite, renseigné sur la circulation. La largeur de circulation pour les voitures sera la même qu’aujourd’hui mais, une partie nouvelle sera dédiée aux piétons et aux vélos : la passerelle. Jusqu’ici, la circulation douce était plutôt dangereuse sur l’ouvrage.

Tous les matériaux utilisés sont des matériaux légers et nobles. Du bois sombre au droit des piles et des berges, de la résine pour le belvédère afin d’éviter les dérapages, de la maille Jakob pour le parapet et les garde-corps et du verre pour les hublots.
Les techniques et les méthodes ont été choisies pour respecter au mieux le site, classé aux Monuments historiques.

Où en est-on ?

Le dossier a été déposé auprès du Préfet le 15 mai, le passage devant la commission départementale de la nature des sites et paysages s’est fait le 20 juin et l’autorisation ministérielle est prévue pour le mois d’octobre. Les travaux pourront alors commencer. Ils seront réalisés par la société Baudin de Châteauneuf-sur-Loire, spécialisée dans la construction de ponts métalliques. Précisons que c’est cette société qui a été retenue par le Département puisqu’elle était la seule à offrir la possibilité d’une circulation sur le pont pendant la durée des travaux et aussi la seule à proposer une passerelle en encorbellement, ce qui permet de préserver la Loire et le site puisqu’aucun travaux dans l’eau ne seront nécessaires.

Pendant la durée de ces travaux, la circulation se fera en alternance (une seule voie de circulation sur le pont) et ce, de décembre 2018 à août 2021. D’octobre à décembre 2018, en principe, le pont sera fermé si la température est inférieure à 0 degré.
En effet, avant de permettre la circulation sur l’ouvrage même en cas de gel, l’entreprise doit, entre novembre 2018 et septembre 2019, d’abord renforcer les massifs d’ancrage, mettre en place une suspension provisoire et des échafaudages de pylônes. C’est après cela que le pont sera praticable quelque soit la température.
La 2ème étape se déroulera d’octobre 2019 à décembre 2020. C’est alors que l’installation de suspension définitive sera réalisée, le plancher de travail sera monté, les maçonneries endommagées seront réparées, les éléments de la charpente métallique renforcés et les nacelles de visite supprimées. La charpente métallique sera repeinte dans des nuances de gris.
De décembre 2020 à août 2021, l’entreprise s’occupera de la passerelle d’une largeur de 2,50 mètres.
Enfin, dernière étape : reprise de la chaussée, réalisation des joints de chaussées et du revêtement, vérification que l’ouvrage réagit bien pour une mise en service fin août 2021.

Pendant la durée des travaux, 70 coupures de la circulation auront lieu la nuit entre 21 heures et 5 heures du matin afin de perturber, le moins possible, la circulation en journée. Ces coupures seront réalisées pour des travaux spécifiques comme les transferts de charge lors des changements de suspension.

Damien Colombot, président du directoire de la société Baudin nous a éclairé quant à la méthode de travail utilisée. Il nous a expliqué l’immense connaissance de la Société en terme de ponts métalliques. « Ces travaux ont été réalisés sur une centaine de ponts en France », a-t-il précisé. Il a expliqué que le pont de Châtillon est un chantier compliqué dans la mesure où il y a une contrainte pour l’environnement. Actuellement, des études sont en cours et vont déboucher sur la fabrication des matériaux de chantier.
Si les travaux n’ont pas encore débuté sur le pont, les différents éléments sont en préparation en usine. Point très important : c’est la société Baudin, elle-même, qui a inventé le toronage des câbles en 1875 et que c’est la même technique qui sera utilisée pour les câbles qui vont venir remplacer les anciens, déjà fabriqués en 1928 et en 1951 par la société.

Après toutes ces explications, quelques questions ont fusé dans la salle. « Mais, pas d’inquiétude particulière des habitants si ce n’est celle de la circulation qui, en réalité, n’en est pas une », a rappelé le Président, Marc Gaudet. « La circulation des poids lourds reste très relative à Châtillon. Pas de quoi faire une déviation donc ! », a-t-il ajouté.
Il faudra juste se réhabituer à ce que des camions empruntent le pont. En effet, depuis trois ans, ils ne sont pas autorisés à y circuler.

Le Maire a terminé la séance en exprimant sa joie : « On est très contents parce que le problème du pont était un frein à l’achat des maisons et à l’installation dans la ville et au développement du commerce et de l’artisanat ».

D’ici trois ans, il sera probablement, et même très certainement, davantage un attrait qu’un frein. On n’en doute pas, les touristes vont venir de très loin pour admirer ce nouveau pont et pour se balader sur la passerelle. Sur ce point, soyez rassurés, la passerelle peut supporter 500 kilos au m2…





Pont sur la Loire, du nouveau ?

Depuis 2012, le pont sur la Loire est soumis à des conditions de circulations particulières : il est fermé toute l’année à la circulation des poids lourds et, pendant la période hivernale, en cas de températures négatives, son usage est interdit.

Très attachés à ce pont chargé d’histoire, les Châtillonnais conserveront leur ouvrage de base âgé de presque 2 siècles. Une réparation lourde du pont est prévue et les travaux devraient commencer en 2019, peut-être fin 2018. La largeur de la chaussée sera maintenue à 5,50 mètres et la vitesse à 50 km/heure. Afin d’améliorer les circulations douces, notamment l’itinéraire de la Loire à vélo, une passerelle indépendante d’une largeur de 2,50 mètres viendra compléter l’ouvrage réhabilité.
Sandrine Eugène, responsable du service Etudes et Travaux à la Direction de l'Ingénierie et des Infrastructures (Service études et travaux) nous apporte quelques précisions sur la question : « Le Département a lancé une consultation fin 2016 pour retenir le groupement d’entreprises qui mènera, à la fois la conception, puis la construction des ouvrages. Cette consultation devrait se terminer avant la fin de l’année. Le Comité de pilotage a retenu trois candidats admis à participer au dialogue compétitif et fixé l’objectif de mise en service globale pour février 2021 et une remise en service des circulations de l'ouvrage existant pour février 2020 ». D’après les informations données, la remise de l’offre finale s’est faite hier.

Les étapes à venir sont les suivantes :
• Commission d’appel d’offre d’attribution du marché en janvier 2018.
• Mise au point du marché et notification en début d’année 2018.
• Études de conception, élaboration des dossiers d’autorisations administratives et approvisionnement et fabrication de l’ensemble des pièces métalliques : tout au long de l’année 2018.

Cette année encore, donc, les Châtillonnais devront composer avec la fermeture hivernale du pont et trouver des solutions de co-voiturage pour se rendre ou rentrer du travail ou encore faire le détour par Bonny-sur-Loire pour ceux qui sont obligés d’emprunter le pont afin de regagner leur domicile.
Pour le moment, le pont n’a pas encore été fermé à la circulation et aucune fermeture n’est prévue jusqu’au vendredi 24 novembre. Après cette date, une nouvelle décision sera prise. Vous pourrez retrouver les informations quant à l’ouverture du pont dans le bandeau rouge ou vert de la page d’accueil du site de Châtillon sur le site Internet de Briare http://www.villedebriare.fr/pont-de-chatillon ou encore sur le site Internet du Département

A l’occasion de la cérémonie des vœux, Marc Gaudet, président du Conseil départemental, viendra présenter le projet retenu et le calendrier des réalisations.





Le froid : ennemi juré du pont sur la Loire

Ce n'est plus une nouvelle ! Tous les Châtillonnais le savent, le pont sur la Loire est fermé aux véhicules légers quand le mercure affiche moins de zéro degré. Le reste du temps, il est interdit aux véhicules de plus de 3,5 tonnes et dont la hauteur dépasse 2m70.

Cela fait cinq jours, cinq jours que les Châtillonnais ne peuvent plus emprunter le pont sur la Loire. En effet, dû à des températures très basses, l'ouvrage est fermé à tous les véhicules depuis le vendredi 30 janvier. En ces périodes de fêtes, il est encore plus difficile de composer avec cette contrainte. Pourtant, nombreux sont ceux qui ont fait des détours pour aller travailler, faire leurs courses ou regagner leur domicile.
Pour l'heure, la fermeture est programmée jusqu'au jeudi 5 janvier à 11 heures. Elle sera prolongée ou levée en fonction des conditions météorologiques.
En attendant, vous pouvez toujours être informés par le biais du site Internet de la Commune www.chatillon-sur-loire.com. Vous pourrez facilement visualiser les informations à partir de votre smartphone, tablette ou encore sur votre PC.
Les panneaux lumineux, placés à Châtillon ainsi qu'à hauteur de Briare et d'Ousson-sur-Loire sur la D 2007, vous informeront également. Ce qui vous permet d'éviter les détours inutiles.
L’information est aussi diffusée sur le site internet du Département. Vous pouvez la trouver grâce à ce lien http://www.loiret.fr/pont-ouvert-a-la-circulation-92908.htm?RH=1403210824514 et sur le site Internet de Briare à l’adresse suivante http://www.villedebriare.fr/pont-de-chatillon/
Vous saurez, très bientôt, quel avenir a été décidé pour l'ouvrage. Des études préliminaires ont permis de retenir 2 scénarios : la démolition partielle de l’ouvrage existant et la reconstruction en lieu et place ou la réhabilitation du pont existant. La consultation du marché de conception sera lancée début 2017.