L’écluse en Loire de Mantelot

Aujourd'hui, le bassin de Mantelot, son écluse, ses paysages, sont devenus des lieux incontournables de balades aussi bien pour les touristes que pour les promeneurs du dimanche. L'écluse date de 1838. Située en pleine nature, elle est classée au Monuments historiques depuis 1978.

Laissées longtemps à l'abandon et fermées durant de nombreuses années, ses portes laissent à nouveau, passer les bateaux naviguant en Loire.
Les passerelles qui la composent sont fleuries d'avril à septembre et viennent colorer son charme naturel.

Le bassin, situé à quelques pas, est alimenté par le canal latéral à la Loire. C'est un lieu de rendez-vous pour les pêcheurs. Il accueille aussi de nombreuses fêtes et manifestations, notamment la fête du 14 juillet, la fête de l'éco-tourisme ainsi que des brocantes, vide-greniers et autres animations ponctuelles.

D'ici peu, une gabarre en Loire s'ajoutera au paysage, il sera ainsi possible pour les touristes et les promeneurs de découvrir le lieu depuis le pont d'un bateau.

La maison éclusière abrite dorénavant le Relais de Mantelot qui propose chambres d’hôtes, repas et terrasse ensoleillée.
Et, non loin de là, vous pouvez apprécier les chemins des bords de Loire habités en véritable Musée : un musée en plein air dit " le Parcours poétique", résultat de trois ans de travail artistique et de partage, par les artistes de Châtillon et des alentours : soit 37 oeuvres installées sur le Parcours.

Voyagez bien à Châtillon-sur-Loire...

Pendant cinquante-huit ans, de 1838 à 1896, les bateaux en provenance du Sud et à destination de Paris ont traversé la Loire à Châtillon-sur-Loire, grâce à l’écluse de Mantelot.

Le site de Mantelot

Les bateaux qui arrivaient par le canal latéral à la Loire empruntaient alors le vieux Canal pour rejoindre la gare d’eau de Mantelot. Il fallait parfois attendre plusieurs jours ou parfois même plusieurs semaines avant que les conditions de navigation ne soient favorables. Quand le fleuve et la météo le permettaient enfin, les bateaux s’engageaient dans l’écluse de Mantelot et se lançaient sur la Loire en suivant un chenal créé par un ensemble de petites digues ou « chevrettes », les chevrettes d’Ousson, de Mantelot et de l’Escargot.

Arrivés devant l’écluse des Combles, un kilomètre plus loin, en rive droite, les bateaux devaient se retourner pour entrer, proue en avant, dans l’écluse. En sens inverse, les bateaux affrontaient le courant. Ils utilisaient pour cela plusieurs ancres lancées alternativement à droite et à gauche. A l’entrée du chenal, ils étaient halés par des cordages. Ces manœuvres pouvaient prendre de deux à quatre heures à la descente et de trois à six heures à la montée. De 1880 à 1896, la mise en service d’un toueur facilita quelque peu la traversée.

Le site de Mantelot

Plus de 4.000 bateaux traversaient la Loire chaque année à Châtillon-sur-Loire. Ce chiffre monta à 9.000 durant les années de service du toueur. Les naufrages étaient nombreux, près de dix par an. Les noyades de mariniers étaient monnaie courante car ces hommes de l’eau ne savaient généralement pas nager. En 1896, l’ouverture du nouveau canal et du pont-canal de Briare mit fin à ces périlleuses « traversées en Loire ».

Longtemps abandonnée, l’écluse de Mantelot, site classé aux Monuments Historiques en 1978, connaît aujourd’hui une nouvelle jeunesse. Depuis 2003, les portes de l’écluse s’ouvrent à nouveau pour laisser passer les bateaux de plaisance.

Le site de Mantelot

La maison éclusière abrite dorénavant le Relais de Mantelot qui propose chambres d’hôtes, repas et terrasse ensoleillée.

Le Relais de Mantelot
www.mantelot.fr

Haut de page