Saint-Firmin-sur-Loire

Saint-Firmin-sur-Loire

Saint-Firmin-sur-Loire

Le pont-canal de Briare aurait tout aussi bien pu s’appeler pont-canal de Saint-Firmin-sur-Loire puisque c’est dans ce village des bords de Loire qu’aboutit son extrémité sud. Les célèbres colonnes qui ornent l’entrée du pont à Briare se retrouvent d’ailleurs également à Saint-Firmin-sur-Loire. Cet ouvrage bâti en 1896 permet au canal latéral à la Loire de traverser le fleuve royal pour rejoindre le canal de Briare, le canal du Loing puis la Seine. Avec ses 662 mètres de long, le pont-canal de Briare fut longtemps le plus long pont-canal d’Europe.

Lors des travaux de construction du pont-canal qui domine le village, de lourdes portes de bois furent installées sous le pont pour protéger le bourg des crues de la Loire. Les marques de crue gravées ou dessinées sur plusieurs maisons et à l’intérieur de l’église témoignent de la puissance des colères du fleuve dont les plus importantes eurent lieu en 1846, 1856 et 1866. Les portes ont encore été fermées lors de la crue de l’hiver 2003.

Saint-Firmin-sur-Loire

Saint-Firmin-sur-Loire est une ancienne cité de mariniers et de pêcheurs. A l’angle de la venelle Génabie et de la Grande rue, une croix, érigée en 1833, rappelle la mémoire des mariniers disparus. Au numéro 5 de la venelle Génabie, se trouvait autrefois un cloître dans lequel Madame de Sévigné est réputée avoir séjourné. Il ne subsiste de ce cloître qu’une porte intérieure de chêne garnie de clous forgés à la main. La venelle abrite également l’ancienne maison d’un passeur, bâtie en 1872. L’église du XIIe siècle contient un retable de bois sculpté et doré du XVIIIe siècle.

Saint-Firmin-sur-Loire est aujourd’hui blotti entre Loire et canal. Les bords de Loire auxquelles il est possible d’accéder par de longues rampes de pierre, y sont larges et boisées. Le troupeau de moutons qui y paît quelquefois apporte un charme supplémentaire à ces rives sauvages de la Loire des îles.

Haut de page