Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

Commémoration de la Victoire des Alliés

Commémoration de la Victoire des Alliés

Publié le 11 mai 2022

L’Union musicale et une chorale d’enfants ont accompagné cette cérémonie suivie par beaucoup de monde autour du maire et du président de la FNACA.

Le cortège a traversé la ville. Parti de la mairie, l’ensemble des musiciens suivi de la chorale des enfants de l’école primaire, des Sapeurs-pompiers, du maire, de son conseil municipal et d’une foule importante, le cortège a gagné le Monument aux Morts. Emmanuel Rat, et le nouveau président de la FNACA, Philippe Debenath, ont déposé une gerbe avant de prononcer les discours rappelant l’épopée de la Seconde Guerre mondiale et la Victoire des Alliés signée le 8 mai 1945.

Les enfants, accompagnés de l’Union musicale dirigée par Francis Charbonneau, ont entonné une belle Marseillaise suivie du Chant des partisans. Stéphane Deveau, leur professeur de musique, a dirigé avec énergie ces jeunes enfants qui ont chanté, d’une seule voix, ces paroles apprises par cœur. Une belle performance visible en vidéo sur le site.

Commémoration de la Victoire des Alliés
Commémoration de la Victoire des Alliés
Commémoration de la Victoire des Alliés




Après un moment musical devant la mairie et le Chant des partisans rechanté par les enfants, le premier adjoint, Gérard Galfano, a remis ses insignes de sergent au sapeur-pompier Matthieu Richoux que le maire a félicité de son engagement au service des autres.
Des bonbons ont été distribués à tous les enfants.
La cérémonie s’est terminée autour du pot de l’amitié dans les locaux de l’hôtel de ville dans une ambiance sympathique.



Commémoration de la Victoire des Alliés
Commémoration de la Victoire des Alliés

Journée nationale du souvenir et de la déportation

journée nationale du souvenir de la déportation

Publié le 27 avril 2022

Une plaque commémorative a été placée à côté du Monument aux Morts pour rappeler le souvenir des déportées, Louise Maubois-Toussaint et Renée Debard-Montembault, originaire de la commune ou arrêtée à Châtillon.

Le maire, Emmanuel Rat, a ouvert la cérémonie par un discours rappelant que le nombre de déportés de France dans les camps de concentration ou d’extermination nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale a été estimé à plus de 150.000 personnes.
Le système concentrationnaire et génocidaire nazi fut l’instrument de la destruction d’une grande partie des populations juives et tsiganes d’Europe. Il fut aussi le lieu de détention et de martyre de centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, déportés pour leur résistance à l’occupant, pour des raisons politiques, du fait de leurs origines, de leur religion, voire de leur orientation sexuelle ou, dans le cadre de rafles de représailles.

Madame Renée-Claude Contreau-Montembault a, ensuite, pris la parole pour rappeler, au nom des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation du Loiret (AFMD-45), la mémoire des onze personnes liées à Châtillon-sur-Loire, déportées dans les camps de concentration.
Une stèle, offerte par la mairie, associée à un rosier, don de l’AFMD-45, à l’ombre du Monument aux Morts, rappellent leur souvenir et, en particulier le nom de deux déportées.

journée nationale du souvenir de la déportation
journée nationale du souvenir de la déportation




La fille de Renée et Octave Montembault a, enfin, énuméré avec émotion et respect les noms et l’histoire de ces onze personnes.

Lucien Barthélémy (10 août 1919, à Châtillon – 1999)
En 1944, gardien de la Paix à Loches (Indre-et-Loire), il est arrêté avec tous ses collègues gendarmes et policiers et déporté à Neuengamme, matricule 43885. Il est libéré le 11 mai 1945.

Albert Bradu (20 mars 1916, à Cerdon – mars 1945 à Buchenwald)
Il vivait et travaillait à Châtillon. Arrêté le 30 mars 1944, il est envoyé en Allemagne pour y travailler avec les autres hommes requis ce jour-là. Transféré le 3 mars 1945 au camp de Buchenwald, matricule 133218, il y décède quelques jours plus tard.

Henri Carré (9 avril 1892, à Châtillon – mort à Buchenwald).
Comptable à Paris, il y est arrêté le 20 octobre 1942. Déporté au camp de Sachsenhausen, matricule 58301, il est, ensuite, transféré au camp de Buchenwald, matricule 29705. Il y décède à une date inconnue.

André Danonville (20 décembre 1905, à Orléans – 1974).
Chef de la brigade de gendarmerie de Châtillon-sur-Loire, il couvrait les activités des résistants de la commune. Arrêté le 25 juin 1944, il est déporté à Neuengamme sous le matricule 39751. Il en a été libéré à la fin des hostilités et décèdera plusieurs années après, en 1974.

Gaston Dechaine (3 février 1907 à Asnières-en-Poitou (Deux-Sèvres) – 3 janvier 1945 à Neuengamme).
Gendarme à Châtillon, il est arrêté en même temps que le brigadier Danonville, son chef, le 25 juin 1944. Déporté au camp de Neuengamme, il porte le matricule 39750. Il y décède.

Georges Henry (18 septembre 1924, à Châtillon – 2001).
Il n’a que 19 ans quand il est requis pour aller travailler en Allemagne, en janvier 1943. Il s’évade à la faveur d’une permission et entre dans le groupe de résistance giennois, Vengeance de Gien. Arrêté le 2 février 1944, il est déporté à Mauthausen sous le matricule 62538. Il en sera libéré et décède en 2001.

Pierre Marlin (17 janvier 1921, à Châtillon-sur-Loire – 15 décembre 1944 au camp Ellrich).
Ses parents étaient instituteurs dans la commune. Résistant de la première heure, il rejoint un groupe de Francs-tireurs et partisans français (FTPF). Il est arrêté le 19 juillet 1944 à Montreuil-sous-Bois et livré aux Allemands. Déporté au camp de Buchenwald sous le matricule 77776, il est transféré au sinistre camp Ellrich, également appelé Kommando Ellrich, où il décède.

Octave Montembault (2 mai 1899, à Châteauneuf-sur-Loire – 1952)
Exploitant avec son épouse, Renée Debard, l’usine à gaz de Châtillon à Mantelot, il s’engage dans la Résistance en 1943 et participe au recrutement d’une quarantaine de Châtillonnais qui mènent diverses actions dans la région. En liaison, en 1944, avec les responsables départementaux de la Résistance, il est dénoncé puis arrêté le 23 juin 1944. Il est, ensuite, déporté par le dernier convoi parti de France, le 17 août 1944, à Buchenwald. Il porte le matricule 81251. Transféré au camp d’Holzen, appelé Kommando d’Holzen, il est, finalement ramené à Buchenwald d’où il s’évade au moment de l’évacuation du camp par les Allemands. Il sera finalement libéré par les troupes alliées.

Ernest Sassiat (13 mars 1923, à Gien – 2000).
Coiffeur à Châtillon, il est arrêté avec Albert Bradu et les autres, le 30 mai 1944, pour être envoyé au travail en Allemagne.
Transféré, lui aussi, à Buchenwald en mars 1945, matricule 133190, il en est libéré à la fin de la guerre.

Renée-Claude Contreau-Montembault a rajouté :

« Les femmes ont également pris une part active à la Résistance. Lors du 75éme anniversaire de la libération des camps, en 2020, l’AMFD-45 a souhaité honorer plus particulièrement toutes ces femmes qui ont été déportées.
Le rosier planté devant la plaque commémorative à Châtillon témoigne de leur courage, de leur détermination et des souffrances qu’elles ont endurées.
Ce rosier a une histoire. Créé en 1975 pour le trentième anniversaire du retour des déportées, ce rosier est surnommé le rosier de Ravensbrück.
Ici, à Châtillon, il rappellera le souvenir de deux femmes qui ont subi l’horreur de la déportation ».


Louise Maubois-Toussaint
(5 mars 1888, à Châtillon – 7 février 1945 à Ravensbrück).

Mariée à Charles Toussaint, originaire de Cernoy-en-Berry, imprimeur à Gien, ils eurent deux fils, Pierre et Paul. Installée à Paris, Louise Maubois, membre du groupe Ceux de la Libération, a été arrêtée le 3 mai 1944. Déportée d’abord à Neue Bremm puis à Ravensbrück, matricule 44800.
Elle décède dans ce camp le 7 février 1945 à l’âge de 56 ans. Ses deux fils, également arrêtés, meurent au cours de leur transfert vers l’Allemagne en camp de concentration.

Renée Debard-Montembault
(26 août 1908, à Varennes-lès-Narcy (Nièvre) – 1981).

Mariée à Octave Montembault en 1929, elle s’engage avec lui dans la Résistance. Elle est arrêtée à Châtillon-sur-Loire, le 23 juin 1944, avec son mari. Comme les autres, elle sera torturée à Orléans où elle a été transférée avant le départ vers l’Allemagne pour le camp de Neue Bremm puis celui de Ravensbrück, matricule 51360.
Le 25 août 1944, elle est déplacée au Kommando de Belzig, où elle est contrainte de travailler dans une usine de munitions. Un nouveau matricule lui est attribuée, le 10257.
Rentrée à Châtillon-sur-Loire le 10 mai 1945, elle y meurt en 1981.
Sa dernière tenue de déportée, portant le numéro 10257, est exposée au musée de la Résistance et de la Déportation à Lorris.


Le mot du maire

Un nouveau véhicule à la commune.

Publié le 12 janvier 2022

Chers amis, La nouvelle année commence dans le doute. Notre pays connaît une épidémie sans précédent d’infections au Covid-19 et son variant Omicron. Châtillon n’est pas épargné mais la vigilance des services de l’État et de la commune est permanente. Les professionnels de santé soignent, testent et vaccinent, les enseignants font le maximum pour assurer leurs cours et encadrer les élèves tandis que les habitants de la ville respectent au quotidien les indispensables gestes barrières.
Je formule le vœu que dans les semaines à venir, nous retrouvions une vie plus normale à distance de cet emballement infectieux.

Les travaux du centre-ville touchent à leur fin et nous aurons de quoi accueillir de nouveaux commerçants et d’offrir aux Châtillonnais de belles rues pavées. L’ensemble des réseaux souterrains ont été changés ou remis à neuf. Châtillon est pourvu pour plusieurs décennies.
Le pont va très bientôt retrouver une circulation normale et la passerelle pour les piétons et les vélos va changer les habitudes en créant un lien agréable entre les deux rives de la Loire.

Pour cette année, de nombreux travaux sont prévus. Un petit parc avec un espace de jeux pour les enfants va s’ouvrir rue du Glacis, la chapelle Saint Hubert sera rénovée, le mobilier urbain développé, des chicanes vont sécuriser les véhicules en stationnement rue de Gien, le parking de la croix des Allemands refait, la voirie sera revue en de nombreux endroits dont la rue Martial Vuidet.

La ville a obtenu une troisième fleur qui témoigne du travail des services techniques et de l’attention des habitants à l’entretien de leur propriété. Je les en remercie tous.

Depuis les dernières semaines de l’année passée, ma santé connaît des turbulences qui m’ont contraint à réduire mes activités. Mais je reprends des forces et vais, bientôt, pouvoir pleinement assurer mes responsabilités. Je voudrais ici remercier mes adjoints, le conseil municipal et les services de la commune qui ont travaillé sans relâche pendant tout ce temps.

Les messages de soutien et de sympathie reçus de toutes parts m’ont beaucoup touché et permis de m’accrocher dans ce moment difficile. À tous, un grand merci.

Au nom du conseil municipal, je vous souhaite une bonne et heureuse année, une bonne santé et le plus de joies possibles dans un esprit solidaire.
Avec toutes mes amitiés.

Emmanuel Rat
Maire de Châtillon-sur-Loire

Commémoration du 11 novembre

Commémoration du 11 novembre

Publié le 17 novembre 2021

La Musique et les Pompiers ont ouvert la marche du cortège parti de la mairie vers le Monument aux morts. Suivaient le conseil municipal, la gendarmerie et une foule de Châtillonnais, heureux de se retrouver libres de sortir ensemble après ces mois de restrictions multiples. Le premier adjoint, Gérard Galfano, a ensuite fait le discours d’usage devant le Monument aux morts après avoir déposé une gerbe avec Jean Suard, président des Anciens d’Algérie.

Cette commémoration est un grand classique mais ce 11 novembre 2021 était différent des précédents. Une foule plus importante que d’habitude, un vrai plaisir à se retrouver ensemble défiler dans les rues de la ville derrière les pompiers et l’orchestre de l’Union musicale au grand complet. Le premier adjoint a lu le message de la ministre des Anciens combattants qui s’est terminé par le rappel des noms des soldats Morts pour la France ces derniers mois. Une minute de silence a été observée avec ferveur par la petite centaine de personnes présentes.
Revenu à la mairie, Gérard Galfano a repris la parole sur le perron de l’Hôtel de ville. Il a excusé l’absence de Monsieur le Maire, remercié les différents intervenants et personnalités avant de faire distribuer, par les conseillers municipaux, des bonbons aux nombreux enfants ravis d’être venus avec leurs parents. Après quelques morceaux brillamment interprétés par l’harmonie, les uniformes des pompiers, les vestes rouges des musiciens et les képis ont, ensuite, rejoint la population dans la mairie pour un vin d’honneur, apprécié de tous.

Un nouveau véhicule à la commune
Un nouveau véhicule à la commune
Un nouveau véhicule à la commune

Un nouveau véhicule à la commune


Devenez propriétaires dans le nouveau lotissement “Les Alouettes” !

Devenez propriétaires

Publié le 18 novembre 2020

La Commune a fait l’acquisition de plusieurs terrains qui jouxtent le stade et la rue des Travards vers la sortie de la Ville, route de Beaulieu. Ils sont en cours de viabilisation et sont à la vente dès aujourd’hui. Un lotissement de 11 lots à prix très compétitifs.

Devenez propriétaires à Châtillon dans un lotissement neuf, entièrement viabilisé et à prix très compétitif !
Ces onze lots de 570 à 1130 m2 se situent dans la zone ZD du plan d’urbanisme de la commune. Ces terrains sont idéalement situés, à proximité du stade de football et des courts de tennis, dans la continuité de la rue des Alouettes, proche de la rue des Travards. Le magasin G20 est à 500 mètres, l’Ecole, le Collège et la Maison de santé à un kilomètre.
Tous les lots sont en cours de viabilisation, c’est-à-dire, qu’ils seront raccordés à toutes les commodités : eau, gaz, électricité, assainissement sans frais de réalisation de branchements supplémentaires.
Le prix du m2 est de 37,80 euros. “C’est un prix très bas, bien en-dessous de ce qui est pratiqué dans les communes alentour. Notre but n’est pas de faire de l’argent mais de permettre à des familles de s’installer sur la Commune et de devenir propriétaire”, explique Emmanuel Rat, le Maire.
Dans les communes voisines, le m2 est vendu aux environs de 50 euros.
Pour un terrain de 570 m2 (le plus petit), cela vous coûtera 21 546 euros et pour un terrain de 1130 m2 (le plus grand), cela vous reviendra à 42 714 euros.
A Châtillon, vous trouverez près de cent artisans et commerçants à votre service, soixante-dix associations sportives, de culture et de loisirs. Le pont sur la Loire, désormais entièrement mis en sécurité, ne subira plus de fermetures hivernales et sera terminé à l’horizon 2021. Aucune raison donc de ne pas choisir cette jolie ville de campagne pour vous installer !
Pour tout renseignement ou question sur les terrains à vendre, vous pouvez contacter la Mairie au 02 38 31 40 54.

Devenez propriétaires

Emmanuel Rat réélu Maire, le Conseil municipal en place !

Emmanuel Rat réélu Maire, le Conseil municipal en place !


Une vive émotion émanait ce jour de la salle des mariages, rue du Cormier à Châtillon. Emmanuel Rat, Maire sortant, a été réélu à la majorité après avoir vaincu le COVID-19.

Le mercredi 27 mai, c’était un grand jour pour la liste “Agir ensemble pour Châtillon” menée par Emmanuel Rat. Ce dernier a été réélu par l’ensemble du Conseil à l’unanimité.
Les adjoints, ont, eux-aussi été nommés et élus.
Après que tout le monde ait pris place dans la salle de la Mairie, Emmanuel Rat, le Maire, a fait son entrée dans la salle, chaleureusement applaudi !
A son tour, Gérard Galfano a fait son entrée et a été applaudi par l’assemblée.
Les deux hommes ont fait preuve de courage et d’une volonté à toute épreuve en combattant le COVID-19 qui les avait touchés dès les premières semaines de pandémie.
Ils avaient été hospitalisés à une semaine d’intervalle au CHR d’Orléans. Emmanuel Rat, le Maire, y a passé 39 jours dont 23 en coma artificiel.
Son 1er adjoint, Gérard Galfano y a passé 33 jours.
Les deux élus sont des rescapés. Tous deux sont très reconnaissants envers le personnel hospitalier sans qui ils n’auraient pu combattre la maladie.
Derrière les masques, on devinait les sourires des membres du Conseil et du public venu assister à la séance.
Quel soulagement pour tous de retrouver les deux premiers élus de la Commune qui à ce jour débutent respectivement leur 5ème (adjoint) et 6ème mandats (Maire).
Même la télévision est venue filmer et immortaliser cet événement. La chaîne de télévision France 2 a filmé la séance et interviewé le Maire et ses adjoints. L’émission sera diffusée jeudi à 13 heures.
Si vous n’avez pas pu la regarder, vous la retrouverez en replay sur la chaîne et nous vous mettrons la vidéo en ligne dès qu’elle sera disponible.
Pour élire le Maire, 22 conseillers étaient présents. Un seul manquait à l’appel : André Chaminade dont la résidence principale est à Paris et qui, vu la situation actuelle, n’a pu venir jusqu’à Châtillon.
Cette équipe est complétée par deux suppléants : Corinne Becquet et Jean-Pierre Ermenault.
Avant le vote, la parole est revenue au doyen, François Weil-Picard, conseiller municipal et médecin de la Ville.
Il a rappelé combien Emmanuel Rat et Gérard Galfano avaient été courageux et s’étaient battus face à la maladie. Lui qui a suivi depuis le premier jour, l’avancement de la maladie et qui, pendant deux mois, a publié les bulletins de santé sur le site Internet.
Après son élection, le Maire a pris la parole pour remercier son équipe pour sa confiance.
Il a remercié chacun pour les messages de soutien, le CHR d’Orléans pour les soins mais aussi Francette Dumas, la directrice générale des services qui n’a pas failli et a continué d’assurer le lien entre tous. Il a expliqué aux nouveaux conseillers leur rôle et les engagements pris en rejoignant l’équipe municipale.
Les adjoints ont, ensuite, été élus à l’unanimité.
Ils ne changent pas par rapport au précédent mandat. Ainsi, Gérard Galfano reste 1er adjoint, Catherine Bourgoin, Bernard Bonnefont, Catherine Letonnelier et Eric Bedu conservent également leur poste d’adjoints. Différentes commissions leur seront attribuées.
Chacun a reçu son écharpe : le Maire et ses cinq adjoints. Le Maire n’a pas oublié de prononcer un petit mot gentil pour chacun d’entre eux. Pendant ses 40 jours d’hospitalisation, il n’a pas non plus perdu son sens de l’humour puisqu’il a fini par une note comique : “La différence entre les adjoints et le Maire c’est que vous, sur vos écharpes, vous avez des glands en argent et moi, des glands en or. On n’a pas tous les mêmes valeurs”, a-t-il ajouté tout sourire.
Après avoir lu la charte de l’élu local et rappelé les différentes délégations, la nouvelle équipe s’est prêtée à une photo de groupe en respectant les distances, sur les marches de la Mairie.
Un moment convivial et tellement agréable sous le soleil et au complet !
Voici la liste des élus pour ce nouveau mandat :

Emmanuel Rat, retraité, Maire.
Catherine Bourgoin, adjoint administratif hospitalier, adjointe.
Gérard Galfano, retraité, adjoint.
Annie Fortin, retraitée de l’agriculture, conseillère municipale
Bernard Bonnefont, retraité, adjoint.
Rosemonde Sinzelle, artisan taxi, conseillère municipale.
Serge Ragu, 67 ans, conseiller municipal.
Catherine Letonnelier, chargée de clientèle, adjointe.
Éric Bedu, sapeur-pompier professionel, adjoint.
Kathrin Fleury, commerçante, conseillère municipale.
Tristan Trébouta, cadre territorial, conseiller municipal.
Cécile Agogué, agent de maîtrise, conseillère municipale.
Vincent Gitton, agriculteur, conseiller municipal.
Cécile Bruneau, comptable, conseillère municipale.
François Weil-Picard, médecin, conseiller municipal.
Candice Delaitre, assistante d’éducation, conseillère municipale.
André Chaminade, juriste, conseiller municipal.
Annick Richard, retraitée, conseillère municipale.
Daniel Gaugué, chargé d’affaires, conseiller municipal.
Catherine Macé, infirmière, conseillère municipale.
Alain Pinon, agent EDF. Conseiller municipal.
Catherine Bourdeaux, médecin, conseillère municipale.
Stéphane Gaillard, agent EDF, conseiller municipal.