Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

Une journée exceptionnelle du Patrimoine

Publié le 15 septembre 2021

L’exposition de vieilles voitures a connu le succès pour les centaines de visiteurs venus passer un moment à Mantelot.


Ils sont tous venus. Les propriétaires de vieilles voitures, les sonneurs de trompe de chasse, les musiciens, les pompiers et leur camion Goélette pour la promenade des enfants à Mantelot, les bénévoles des Près fétards qui ont préparé et servi à manger, la Sterne qui a navigué sur la Loire, le premier adjoint au maire, Gérard Galfano, qui a organisé, avec son équipe, cette belle journée et surtout, les visiteurs venus très nombreux pour cette journée ensoleillée sur les bords du bassin de Mantelot. Tous étaient heureux de partager ce temps à admirer les voitures, toutes rutilantes, et à profiter de ces nombreuses activités sur le site.

Merci aux sonneurs du Bien Aller Briarois qui ont donné plusieurs aubades, aux Prés Fêtards, à Bernard Deshaye et sa Sterne qui enthousiasment les fervents de la Loire, aux talentueux musiciens de l’orchestre Philippe Herbien et à la commune qui a offert un vin d’honneur présidé par Gérard Galfano.

Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine

Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine

Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine

Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine
Une journée exceptionnelle du Patrimoine


Rentrée des Classes

Publié le 8 septembre 2021

Respectant les dispositions sanitaires, les élèves, les enseignants et le personnel d’encadrement ont effectué, au collège, à l’école communale ou à la maternelle, leur rentrée, la semaine dernière.


Grands et petits, leur sac sur le dos ou à la main, ont repris le chemin de l’école. Retrouver les amis après les vacances, découvrir de nouveaux enseignants, courir dans la cour de récré ou participer aux ateliers découverte du collège ont peut-être plus motivé les élèves que suivre les cours en ce premier jour de rentrée. Mais la qualité des profs, leur volonté de transmettre leurs connaissances, devraient convaincre les élèves de l’intérêt des études. Reparlons-en à la fin de l’année.

En attendant, 12 classes réparties entre la 6ème et la 3ème occupent le collège Pierre Dézarnaulds avec, comme les années passées, pour projet commun, le soutien au développement durable. Les mesures sanitaires sont bien respectées de tous : port du masque à l’intérieur de l’établissement mais pas à l’extérieur ou dans les espaces sportifs où une distance minimale doit être tenue.

À l’école communale, 298 élèves dont 98 en maternelle ont rencontré leur nouveau directeur, Monsieur Christian Redron.

La cantine est toujours dirigée par l’excellent Dan Toulon et son équipe.

Que cette nouvelle année scolaire apporte à chacun l’occasion d’un développement harmonieux et de progrès dans la connaissance.

Note aux familles, école primaire


De bons moments de musique et de convivialité dans la Grande-rue, ce week-end.

Publié le 2 septembre 2021

Un public nombreux et enthousiaste est venu dans la Grande-rue au concert du groupe Viaggio samedi soir suivi dimanche midi d’un pique-nique agrémenté de la musique cubaine du groupe Ils ont bien grandi. La nouvelle association, Les locaux s’motivent, à l’origine du projet de café associatif, ont organisé ces deux évènements.


Le concert du groupe Viaggo s’est tenu samedi soir, en bas de la Grande-rue, devant un public nombreux.
Le groupe Viaggio qui veut dire voyage en langue manouche porte bien son nom. En effet, les musiciens de ce groupe, Jacq Vignelles à la guitare, Nicolas Selingant à la contrebasse, Elsa Gourdy à l’accordéon et Thierry Moutoulatchimy à la batterie ont fait voyager le public. Ce groupe, au contact chaleureux a fait revivre les plus belles années du swing manouche en interprétant de nombreux standards, dont un Troublant boléro composé par Django Reinhardt a été salué par des applaudissements nourris. La restauration était assurée par l’association organisatrice Les Locaux s’motivent et Ugo Blondy devant sa boutique La cave du Puits.
Le lendemain, dimanche à midi, Manu Seguin et son groupe Ils ont bien grandi ont accompagné de leur belle musique cubaine, la bonne centaine de convives, venus avec leur panier, partager le déjeuner. Germain Berton a engagé des échanges avec les participants à ce pique-nique pour évoquer le projet de café associatif soutenu par la commune.
L’ambiance était bon enfant et chacun s’est réjoui de ce moment de partage.

Les Peintres du Printemps
Les Peintres du Printemps
Les Peintres du Printemps


Le duo Agia et la chanteuse Nell ont enchanté le public à Mantelot.

Publié le 25 août 2021

Nell, la chanteuse transformiste, a enthousiasmé le public, venu nombreux à Mantelot après Georgia et son guitariste Arthur dont la musique soul, jazz et pop a accompagné le dîner des spectateurs.


Samedi soir, sur le site de Mantelot, un concert était organisé par la municipalité de Châtillon-sur-Loire, avec le duo Agia et la chanteuse Nell.
A l’entrée, le contrôle du passe sanitaire et la désinfection des mains par du gel hydro-alcoolique ont été très bien acceptés.
En présence d’Emmanuel Rat, maire de Châtillon-sur-Loire, le concert s’est ouvert avec la chanteuse Georgia Hadjab, accompagnée du guitariste Arthur Pierre. Le duo a emmené dans son univers jazz, pop et soul un public conquis.
En seconde partie, l’époustouflante chanteuse Nell a transformé Mantelot en un cabaret interactif avec de multiples passages en chansons et costumes différents. Les années 70/80 revisitées par Nell ont incité le public à chanter et à danser sur une piste de danse improvisée.
Sur réservation, le dîner préparé par Véronique de Lima, l’épouse du gérant du Relais de Mantelot, avec, au menu, du canard sauce porto et un crumble aux pommes, a ravi le palais des convives.
Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette soirée un succès d’autant que, privés de concerts depuis la pandémie du Covid-19, tout le monde était heureux de partager un moment convivial.


“Mes perles à moi” : des pierres pour soulager vos maux !



Publié le 25 novembre 2020

Depuis quelques mois, une nouvelle entreprise a vu le jour à Châtillon. “Mes perles à moi” propose des portes-ouvertes tous les 15 jours pour découvrir les pierres et le bien-être grâce à la lithothérapie.

Mélanie Bonsens et Mathieu Levasseur sont à la tête de l’entreprise de lithothérapie “Mes Perles à moi”. Récemment installés à Châtillon, ils ont décidé de partager avec les habitants leur passion pour les pierres fines qui soulagent.
C’est Mathieu qui a converti Mélanie à cette médecine douce. Il a, lui-même, utilisé le pouvoir des pierres pour ses propres maux.
Mathieu est autodidacte : il s’est beaucoup documenté, a effectué de nombreuses recherches et aujourd’hui, il veut transmettre cette passion.
Tous les 15 jours, à leur domicile, Mélanie et Mathieu ouvrent leurs portes. Ils ont un large choix de pierres. Il y a celles que tout le monde connaît : l’Améthyste, le Cristal de roche ou encore le Quartz rose mais aussi la Citrine, la Tourmaline, moins connues mais chargées de vertus. En massages, en élixir ou en les portant simplement, il y a de nombreuses façons de les utiliser. Mélanie et Mathieu ont hâte de pouvoir reprendre leur activité, interrompue avec le confinement, de vous recevoir chez eux pour vous conseiller et vous en apprendre un peu plus sur ces trésors naturels. Ils ne se contentent pas de vendre les pierres qu’ils commandent, ils fabriquent toutes sortes d’objets : colliers, bracelets, horloges. “Si on a l’autorisation de rouvrir, il y aura même des nouveautés pour Noël”, sourient-ils.
En attendant, ils continuent les ventes via Internet sur leur site et/ou leur page Facebook : www.mesperlesamoi.fr / Mes perles à moi (Facebook).
A terme, ils aimeraient ouvrir une boutique à Châtillon et sont d’ailleurs en train de faire des recherches. Tous deux sont ravis de l’intérêt des habitants pour leur entreprise et font le maximum pour satisfaire et répondre à la demande même en ces temps difficiles.
Pour Noël, ils ont fabriqué un calendrier de l’avent très original avec 22 pierres et deux surprises au prix de 59,90 euros. Ils vont également proposer une loterie avec une parure d’une valeur de 30 euros à gagner. Cette parure comprend : un bracelet, une bague, un pendentif et une paire de boucles d’oreilles.
Pensez à eux pour vos cadeaux de fin d’année, tous les petits commerçants ont besoin de votre soutien en cette période.



Un court-métrage tourné par de jeunes Châtillonnais...



Publié le 11 novembre 2020

Trois jeunes Châtillonnais font parler d’eux ! Depuis quelques jours, un court-métrage a été posté sur les réseaux et, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a du succès !

1342 : c’est le nombre de vues obtenues par Sébastien Marion, Rémy Marion et Benoît Chauvet ! Ces trois jeunes de, respectivement, 23, 20 et 20 ans font, en ce moment, le buzz à Châtillon avec leur court-métrage : “La Vengeance”.
Un court-métrage mis en ligne la semaine dernière sur Youtube et partagé ensuite par Sébastien, le réalisateur du film sur sa page de vidéos amatrices : SM Studio.
Les vidéos, les petits films, ils font ça pour s’amuser depuis tous petits. Amateurs mais passionnés, ils ont eu envie de faire une vidéo plus longue que les précédentes mais aussi d’un niveau technique au-dessus des précédentes.
Rémy et Sébastien, les deux frères et Benoît, leur cousin, adorent s’amuser à créer des scénarios et à jouer un jeu. Jusqu’ici, ils ne montraient leurs vidéos qu’à leurs proches mais, cette fois-ci, ils ont décidé de la mettre en ligne sur Youtube et de la partager ensuite sur “Le Groupe des Châtillonnais”. Pari réussi !
La vidéo a été regardée, partagée et très appréciée !
“On s’est dit que ça allait faire un flop, que personne n’allait regarder. C’est une vidéo amateure ! Et finalement, ça a plu. On n’imaginait pas que les gens soient si réceptifs”, sourit Sébastien.
Pour réaliser ce petit film, il leur a fallu un mois de travail, voilà de quoi occuper leurs vacances d’été puisque c’est pendant le mois de juillet que la petite famille s’est retrouvée à Châtillon. Le tournage a duré cinq jours puis il y a eu le montage réalisé par Sébastien.
Le jeune homme redouble d’imagination puisque c’est lui qui a entièrement créé le scénario. Un scénario où braquage et vengeance vont de pair, tourné à la dérision.
- Benjamin convainc Sébastien et Rémy de participer, avec lui, à un braquage. Ce dernier vire au drame et le directeur de la banque est blessé.
Les trois hommes s’enfuient, Benjamin tue Sébastien et prend la fuite avec l’argent. Pendant ce temps, Rémy est jugé seul coupable du braquage. Après cinq ans de prison, il n’a qu’une seule idée en tête : se venger ! -
Ils sont tous les trois unanimes : “On ne s’est pas du tout pris au sérieux, on a vraiment rigolé pendant le tournage, c’était une super expérience”.
Leur petit plus : le tournage a été fait sans que personne ne soit averti.
“Quand on croisait des gens, on enlevait nos cagoules, on rangeait nos pistolets en plastique. Bon, on a essayé de tourner dans des endroits où il y a peu de passage, on a grandi à Châtillon, on connaît bien les coins tranquilles”, ajoutent les trois acteurs.
Maintenant qu’ils ont passé le cap de publier leur vidéo, ils ne comptent pas s’arrêter là et projettent déjà d’en refaire de nouvelles et de les publier. Ils fourmillent d’idées pour les scénarios à venir et on a hâte de les découvrir dans de nouveaux rôles.

La vidéo est en ligne en bas de cette page !


Huit ans d’existence et mille abonnés au “Groupe des Châtillonnais” !



Publié le 11 novembre 2020

“Le Groupe des Châtillonnais” rassemble désormais 1000 membres. Devenu incontournable, il permet de diffuser de nombreuses informations culturelles et pratiques et est ouvert à tous !

C’est en 2012 que Kévin Merlot, habitant de Châtillon, a décidé de créer “Le Groupe des Châtillonnais”. Un groupe Facebook qui laisse la parole à ceux qui y sont adhérents.
C’est dans ce but que Kévin l’a créé, il y a huit ans : “L’idée première était de promouvoir la culture et de mettre en avant l’économie locale”, explique-t-il.
Aujourd’hui, le groupe sert aussi à partager des informations pratiques, à trouver des réponses, à exprimer des opinions. En d’autres termes, à servir l’intérêt général.
Depuis sa création, le groupe n’a cessé d’attirer toujours plus de nouveaux membres pour atteindre aujourd’hui le nombre de mille.
Les membres sont, essentiellement, des Châtillonnais ou des personnes qui ont un lien étroit avec la Commune : 426 membres habitent à Châtillon, les autres sont, pour la plupart, des habitants du canton ou des communes alentour. Néanmoins, près de 10% des adhérents ne sont pas de la Région, la plupart de ceux-là sont des parisiens.
Kévin tient à le rappeler : “Le Groupe des Châtillonnais n’est pas un espace de vente, d’autres groupes Facebook le permettent”. Ici, on est là pour donner son avis, débattre de divers sujets, échanger, confronter ses idées, toujours dans le respect d’autrui.
Ce groupe permet aussi aux acteurs culturels d’exister et de relayer leurs créations et leurs réalisations, un moyen, surtout en cette période difficile, de continuer à exister.
Il est aussi un outil incontournable pour les commerçants qui peuvent y partager des informations concernant leurs établissements, leurs nouveautés et les relayer auprès d’un maximum de personnes. N’oublions pas que les publications peuvent être partagées sur les Facebook personnels de chacun, ce qui élargit considérablement la portée des messages diffusés sur le support.
Ces derniers temps, avec la crise sanitaire, les demandes d’adhésion ont grimpé.
“J’imagine que les gens cherchent des renseignements, veulent rester informés et se tenir au courant”, précise Kévin. En quelques semaines, le groupe a gagné près de 300 membres N’oublions pas que pendant le 1er confinement en mars, le groupe a été un outil très utilisé pour relayer les informations quant à l’état de santé de nos élus et aux dispositions gouvernementales.
En y interrogeant les membres, on voit bien que tout le monde y trouve son compte : particuliers, professionnels, élus. Pour tous, ce groupe a un côté pratique où l’on peut côtoyer une communauté sympathique et agréable. !


Retour sur la vie de Marthe Bouchard-Dézarnaulds

Marthe Bouchard, la fille de Pierre Dézarnaulds, figure emblématique du Giennois, est décédée le mercredi 5 juin à Toulouse dans sa 101ème année. Retour sur le parcours d’une femme de caractère !

Marthe est née en 1918, pendant la Guerre. Elle a passé sa jeunesse entre Gien et Pierrefitte et s’est ensuite mariée à M. Fontaine, a divorcé puis s’est remariée avec Jean-Claude Bouchard, le disquaire de l’époque à Gien.
Avec son époux, elle a vécu à Pierrefitte, village où son père a lui aussi vécu et est enterré.
Ce grand homme a d’abord été médecin puis chirurgien à Gien. Il est, par la suite, devenu maire de Gien puis conseiller général du Loiret après avoir été secrétaire d’Etat dans le gouvernement de Léon Blum en 1936.
Marthe a suivi ses traces et s’est investie tant qu’elle a pu pour ses convictions. Elle a été infirmière au service de chirurgie de l’hôpital provisoire de Gien pendant la seconde guerre Mondiale et s’est engagée dans la Résistance.
Elle fût la première assistante sociale de Gien et est à l’origine de l’Université de temps libre pour le 3ème âge.
Elle a également été présidente de l’Association des aides à domicile du Canton de Châtillon-sur-Loire. Jeanne Berton, son amie, Maire honoraire de Cernoy, lui a succédé et se souvient très bien de cette femme pour qui elle avait beaucoup d’estime.
“Nous avons partagé beaucoup de moments, nous étions voisines à Pierrefitte. Elle venait souvent manger à la maison. Nos parents étaient amis de longue date”.
Si pour des raisons de santé, son amie ne pourra pas être à l’enterrement qui aura lieu le mercredi 12 juin à 15 heures au cimetière de Pierrefitte-ès-Bois, elle y sera avec tout son cœur, nous a-t-elle confié.
Elle, qui fait partie de l’Association des “Amis de Pierre Dézarnaulds”, sera associée à tous ceux qui ont connu cette famille pour rendre un dernier hommage à Marthe, une femme de caractère, courageuse, combative.


A vos hébergements pour loger les ouvriers des centrales nucléaires



Les centrales nucléaires de Belleville et de Dampierre vont connaître dès le mois de juin 2019 et ce, pour une dizaine d’années, un programme industriel très dense, appelé par EDF “Grand carénage”. A Châtillon comme aux alentours, EDF invite les hébergeurs à se faire connaître et à s’inscrire sur leur site, prévu à cet effet.

Le mardi 16 avril, Emmanuel Rat, le Maire et pilote du groupe de travail “Hébergements et logistique” au sein de l’ICC (Instance Régionale de Concertation et de Coordination) présentait la programmation prévisionnelle du nombre de salariés attendus pour ces travaux de maintenance d’une ampleur jamais atteinte.
Il était accompagné d’Isabelle Bezard, Directrice des services au sein de la Préfecture et de Hamidou Boucetta, chargé de pilotage de cette opération pour la Préfecture du Loiret.
Afin de référencer au mieux les hébergements, EDF invite les hébergeurs à se déclarer sur le portail : www.portail-hebergement.fr. L’accès à ce portail est gratuit. Aussi, les hébergeurs doivent préalablement se déclarer en Mairie.
Pour cette modernisation des quatre centrales nucléaires de la Région, trois groupes de travail ont été créés par le président de la Région, François Bonneau et le préfet du Loiret, Jean-Marc Falcone :
• Un groupe qui traite du développement économique. En effet, la présence de milliers de personnes supplémentaires sur le territoire va ouvrir des portes aux artisans, commerçants.
• Un groupe où l’emploi et les compétences sont abordés. Comment permettre aux personnes en recherche d’emploi de bénéficier de formation, par exemple. La création de nouveaux emplois pour d’autres.
• Un groupe accueil et hébergements, celui-là même sur lequel portait la réunion de ce jour.
Ce dernier groupe est essentiel car, comme l’a souligné le Maire, Emmanuel Rat “On n’a jamais vu autant de personnes arriver d’un seul coup”.
Dans notre Région, nous sommes habitués, pendant les arrêts de tranche (réacteur) à voir une hausse des demandes d’hébergements mais, celle-ci, sera beaucoup plus importante que d’habitude et il faut s’y préparer.
Près de 3500 personnes sont attendues de juin à octobre 2019 et d’avril à novembre 2020 sur les deux sites confondus mais Belleville sera, de loin, celle où il y aura le plus de monde.
A Châtillon, le camping est déjà complet : “Nous sommes obligés de refuser du monde”, explique Emmanuel Rat.
Actuellement, sur le site qui regroupe les hébergements pour EDF, 4700 lits sont référencés mais, cela ne sera pas suffisant puisqu’il faut compter les touristes qui affectionnent la Région grâce à la Loire à vélo. EDF invite donc tous ceux qui possèdent des hébergements à les rendre visible.
“Ce n’est pas un effort gratuit, c’est un effort avec une retombée économique”, souligne le Maire.
Cette modernisation et l’arrivée d’autant d’ouvriers est une aubaine pour la Région qui va connaître un essor économique important.
En priorité, les caractéristiques recherchées par les ouvriers pour choisir un hébergement sont les suivantes :
• La proximité de leur lieu de travail, la proximité des commodités, la Wifi, le prix attractif et un lave-linge.
Les particuliers qui souhaiteraient louer une chambre de leur habitation peuvent aussi s’inscrire sur le site. Evidemment, ce site n’a pas le monopole, c’est un outil supplémentaire pour donner de la visibilité. Mais les agents consultent aussi les tours opérateurs qu’ils connaissent parfaitement.



Dans le pré on trouve l’amour et... le “Food-truck”



Vous les aviez découverts dans la saison 5 de "L'Amour est dans le pré" diffusée sur M6, Emmanuelle et Yoann sont toujours amoureux et heureux. Ils se lancent dans une nouvelle aventure : un "Food-truck" pas comme les autres !

Si vous avez eu l'occasion d'aller chiner à la brocante "Recy'clean" installée dans la zone artisanale des Champtoux ces deux derniers week-ends, vous avez certainement aperçu un camion installé sur le parking.
Emmanuelle et Yoann, deux Pierrefittois, ont décidé de créer leur "Food-truck", "Le Pré de Mely". Yoann est agriculteur céréalier, Emmanuelle est passionnée de cuisine depuis son plus jeune âge et ils ont deux adorables petites filles de 7 et 5 ans, Lise et Eva.
Un bon mélange de tout ça et ils ont créé le nom de leur nouvelle enseigne, un concept bien à eux.
Pendant 15 ans, Emmanuelle a été assistante de direction et pourtant toujours passionnée par la cuisine. A la maison, elle ne se lasse pas de préparer de bons petits plats pour sa famille.
Animée par l'envie d'être son propre patron et par cette cuisine qu'elle affectionne tant, elle a décidé de se lancer dans ce nouveau projet, il y a environ trois ans.
En premier lieu, elle a souhaité prendre des cours par correspondance pour obtenir un CAP cuisine, rien ne l'oblige à l'avoir pour tenir son "Food-truck" mais "je voulais avoir une certaine légitimité", explique-t-elle.
Après avoir mûri l'idée, "Le Food-truck" est apparu comme une évidence. Le fait d'être libre, d'aller vers les gens était pour elle, essentiel.
Elle avait décidé de ne commencer que cet été mais, voilà, son projet a tellement plu que la centrale de Belleville-sur-Loire lui a demandé de s'installer et d'être prête pour le mois de mai.
Depuis 15 jours donc, elle prend un peu la température à Châtillon, ville qu'elle affectionne beaucoup et où sont scolarisées ses deux filles. C’est là qu’elle fait découvrir son “Pré”, dans des barquettes. Là aussi, elle a choisi de ne pas faire comme tout le monde et de bannir le plastique. Les barquettes dans lesquelles les plats sont servis sont biodégradables.
Côté cuisine, Emmanuelle connaît bien son sujet. Elle qui a vécu 15 ans sur l'île de La Réunion connaît tous les secrets du Cari. Elle maîtrise aussi bien la cuisine italienne puisqu'elle en est originaire. Samedi dernier, par exemple, elle proposait, comme plat, des lasagnes maison, évidemment.
Dans leur "Food truck", Emmanuelle et Yoann servent une cuisine simple et familiale avec des produits du terroir, des circuits courts pour la plupart et uniquement de saison. Et, ils n'achètent que des produits français.
Vous ne trouverez donc pas de tomates ou de concombre au menu, en cette saison.
Tous deux sont épanouis et ravis des retours de la clientèle. Ils seront sur le marché de Briare le vendredi 5 avril et reviendront certainement à la brocante de Châtillon les prochains samedis.

La formule complète (plat-boisson-dessert) est à 12,50 euros.
La formule (salade ou quiche-boisson) est à 8 euros.

Mais vous pouvez aussi manger à la carte ce qui vous fait plaisir.
N'hésitez pas à réserver ou à vous renseigner au 06 50 81 83 80.