Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

La Gaule châtillonnaise

Liste des distributeurs de cartes de pêche

Camping municipal des Combles
Tél. : 02 38 36 34 39 ou 06 32 07 83 45

Agence postale communale
47, rue Franche
45360 Châtillon-sur-Loire

Camping municipal des Combles (en saison)
Les Combes
45360 Châtillon-sur-Loire
Tél. : 02 38 36 34 39 ou 06 32 07 83 45

Armurerie du champ
Zone commerciale Val-Sologne
45500 Gien
Tél. : 02 38 67 08 74

Office de Tourisme de Briare
1, Place Charles de Gaulle
45250 Briare
Tél. : 02 38 31 24 51

Tabac Le Flash
5, Place de la République
45250 Briare
Tél. : 02 38 31 24 51 1

Le Relais de Mantelot
Ecluse de Mantelot
45360 Châtillon-sur-Loire
Tél. : 02 38 31 12 35

Pour les achats de carte hors commune, il faudra préciser au vendeur que cette carte est affiliée à la société de pêche de Châtillon : “Gaule Châtillonnaise”.

Bureau

Bruno Bordeau, président
Marc Coulvier, secrétaire
Philippe Lefebvre, trésorier  

Contact

Bruno Bordeau, président
06 12 41 96 23

A la pêche, en hiver !

soireepecheurs

Publié le 13 janvier 2021

“Châtillon est un paradis pour la pêche”, dixit Bruno Bordeau, le président de la “Gaule châtillonnaise”. Ses propos ont été repris par Emmanuel Rat, le maire de la ville lors de la labellisation “Hébergement pêche” du camping, il y a quatre ans maintenant.

En plein mois de janvier, on ne les fera pas mentir ! Les pêcheurs se régalent et font des prises assez exceptionnelles depuis le début de la période hivernale.
Ce phénomène, Bruno Bordeau nous l’explique simplement : “A partir du mois de novembre mais surtout entre mi-décembre et mi-janvier, les carnassiers font leurs réserves en prévision de la reproduction. Ce qui les rend actifs et mordeurs”. Il nous dit également que cette année, les cormorans, ennemis jurés des pêcheurs, sont moins présents.
Des sandres et des brochets de plus d’un mètre ont été pêchés en Loire et à l’étang de la Tuilerie à Breteau. Ce dernier est désormais géré par la société de pêche de Châtillon dans le cadre du “No-Kill”. Dans ce plan d’eau, tous les poissons pêchés sont remis à l’eau. Ce qui permet aux pêcheurs de faire de très belles prises.
Outre les très gros poissons, la pêche en hiver est très favorable aux gardons, par exemple. Au port, à Mantelot, dans le canal ou en Loire : autant d’endroits où vous pourrez bénéficier de la situation exceptionnelle de Châtillon pour la pêche.
Les Châtillonnais et habitants des alentours l’ont d’ailleurs bien compris puisque cette année, la vente de cartes de pêche a explosé : 350 cartes ont été vendues en 2020 dont 130 à des jeunes de moins de 18 ans.
Cette année particulière, où la Covid a empêché de nombreuses sorties et/ou animations, a permis aux jeunes de découvrir le loisir. En effet, pendant les confinements, la pêche était une des seules activités possibles, elle a largement gagné en popularité. Ce qui permet aujourd’hui aux associations de pêche d’être celles qui ont la plus forte proportion de jeunes dans le Loiret.
Le centre-aéré a, lui aussi, participé à des sessions pêche pendant l’été. Encadrées par les membres de l’association, elles ont permis aux enfants d’être sensibilisés à la faune aquatique. “La Gaule châtillonnaise” multiplie les projets en faveur de la jeunesse et œuvre actuellement à la réalisation d’une mare d’initiation sécurisée pour les plus jeunes,
avec l’aide des services techniques de la mairie. Ce projet entre dans le label “Station pêche” dont bénéficie la Commune.
Prochainement, les bénévoles de l’association souhaitent aussi faire appel à des animateurs saisonniers pour proposer des activités pêche encadrées par des professionnels.
Ces activités toucheraient un public large : adultes et enfants.
L’idée est de faire valoir l’attrait pour la pêche à Châtillon. Il y a quelques dizaines d’années, 1200 cartes de pêches étaient vendues sur la commune dont 600 à des Parisiens.
Grâce à un sentier pédagogique le long de la fausse rivière, la labellisation du vieux-canal avec un parcours passion, des futurs hébergeurs capables d’informer les pêcheurs et de mettre du matériel à disposition, l’association espère convaincre toujours plus de touristes et de locaux...

Le camping labélisé Camping-Pêche

labelisationcamping

C'est une première dans le Loiret. Et, c'est à Châtillon que ça se passe !
Le vendredi 27 mai, le camping de l'écluse des Combles a reçu le label Camping-Pêche. Une grande fierté pour Emmanuel Rat, le Maire et pour Bruno Bordeau, vice-président de la FDPPMA (Fédération pour la pêche et la protection des milieux aquatiques) et président de la Gaule châtillonnaise. Pour l'occasion, ses compères Dominique Tinseau, à la présidence de la FDPPMA et Michaël Renard, agent de développement et animateur pêche ainsi que les membres de l'Association étaient présents. Le député et président de l'ADRTL (Agence de développement et de réservation touristique du Loiret), Claude de Gannay, avait, lui aussi fait le déplacement pour assister à l'événement.
En janvier dernier, l'Association recevait un pré-fabriqué financé par la Commune qui lui sert aujourd'hui de local. A l'intérieur, du matériel est mis à disposition pour les campeurs-pêcheurs confirmés ou débutants. Mais surtout, toute l'équipe sera présente pour conseiller, aiguiller, orienter les pêcheurs vacanciers. Grâce à la Loire, le patrimoine aquatique est exceptionnel, ils pourront ainsi s'en donner à coeur joie. L'Association proposera aussi des animations au sein du camping et permettra l'accès à des bacs à vifs et à des appâts. N'oublions pas que l'Association propose déjà des activités pour les enfants de la Ville dans le cadre des tickets sport culture et loisirs financés par la Municipalité et que cette animation a beaucoup de succès. Le local pourra d'ailleurs aussi servir aux plus jeunes. Pour le Camping et la Commune, ce label est un atout important ! Par le biais des magazines guides de pêche, la visibilité sera nationale. Comme actuellement, le nombre de pêcheurs en France s'élève à 1 560 000 personnes, Châtillon a des chances de voir passer du monde. Un succès qui se fait déjà sentir depuis que la Commune a repris les rennes du camping, qui a affiché complet la quasi-totalité de l'année passée.
Cette labélisation est aussi, pour la FDPPMA le début d'un long chemin vers le développement du loisir pêche puisque deux autres hébergements devraient dans la Région : le camping de Saint-Père-sur-Loire et le restaurant l'Orée des chênes à la Ferté-saint-Aubin. Un vrai bon et beau moyen de relancer le tourisme, de faire découvrir la pêche mais aussi de sensibiliser les pêcheurs au patrimoine aquatique.
C'est d'ailleurs un long travail qu'effectuent actuellement les membres de la Gaule châtillonnaise avec leurs voisins de Briare, Beaulieu et autres communes alentour. Grâce, par exemple, à la mise en place de panneaux d'informations du parcours "No kill", la route du Blackbass (poisson d'eau douce) qui s'étend de Beaulieu à Briare, les pêcheurs sont informés qu'ils ont l'obligation de remettre à l'eau ces poissons qui sont des combattants exceptionnels.
Et ça ne fait que commencer ! De nombreux projets sont en cours d'élaboration et verront le jour d'ici peu...

Pratique : les cartes de pêches sont en vente au camping et auprès des membres de l'Association.

L’Ethelin, une rivière pleine de ressources. Interview

Quand il est question de pêche et de milieux aquatiques à Châtillon-sur-Loire, chacun pense à la Loire et aux canaux, en oubliant bien souvent l’Ethelin et le ru de Courcelles. Conscients de la valeur patrimoniale de ces ruisseaux, les pêcheurs de la Gaule châtillonnaise se sont associés à la Fédération départementale de pêche pour mener des inventaires piscicoles. Les résultats, surprenants, montrent une bonne qualité des ruisseaux malgré un milieu encore trop souvent bouleversé.

Avec la loi « pêche » de 1984 et la loi sur l’eau de 2006, la connaissance et la protection des milieux sont désormais au coeur des missions des associations de pêche (AAPPMA) et de la Fédération nationale de la pêche.
Cette évolution convient tout à fait à la Gaule châtillonnaise, l’AAPPMA de Châtillon-sur- Loire, dont les membres ne veulent pas seulement « prendre du poisson » mais ont aussi à coeur de comprendre, protéger et gérer les milieux aquatiques.
Bruno Bordeau est secrétaire de la Gaule châtillonnaise depuis 2009. Hydrobiologiste et écologue, il travaille comme expert pour les questions agricoles et halieutiques (la pêche). Avec les autres membres de la Gaule châtillonnaise, il a participé ces dernières années aux études et inventaires menées par la Fédération de pêche et l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) sur les petits affluents de la Loire, dont l’Ethelin et le ru de Courcelles.

Interview

Bruno Bordeau, pourquoi s’intéresser aux poissons de l’Ethelin quand les pêcheurs châtillonnais disposent de la Loire et des canaux ?

- A Châtillon-sur-Loire, tous les gamins ont commencé à pêcher dans l’Ethelin. Quand j’étais petit, je venais en vacances à Nancray et j’allais pêcher dans la rivière en bas du jardin. Ensuite, on mangeait des fritures de vairons. Aujourd’hui, il y a une volonté de la Fédération départementale de pêche de s’intéresser à ces petits affluents qui sont bien plus riches en faune et en flore qu’on l’imagine. Les inventaires de la faune piscicole qui sont menés ont également pour objectif l’élaboration de plans de gestion sur cinq ans.

Bruno Bordeaux

Qu’ont permis de découvrir les inventaires réalisés sur l’Ethelin ?

- Les techniciens de la Fédération se sont d’abord aperçu qu’il n’y avait aucune donnée historique sur l’Ethelin et le ru de Courcelles. Rien n’avait jamais été noté, un trou noir historique ! La deuxième surprise a été la découverte de truites fario, accompagnée par le cortège habituel des rivières à Salmonidés (rivières de 1ere catégorie). Nous n’avons pas trouvé d’écrevisses à pattes blanches (espèce locale devenue très rare), mais il se pourrait que l’espèce soit présente. La présence de la truite montre que le milieu aquatique est d’une bonne qualité écologique.


EthelinChatillon

Pourtant, le rapport de la Fédération de pêche « Inventaires et sondages piscicoles sur la rivière Ethelin » (2011) décrit des « perturbations dans le fonctionnement des écosystèmes sur l’ensemble du bassin-versant ». De quoi s’agit-il ?

- La qualité écologique de l’Ethelin est très inégale. Certains tronçons n’ont pas subi de transformations et sont très bien préservés. D’autres sont perturbés par des seuils, des pompages, des étangs, des aménagements qui sont pour la plupart illégaux. Certaines des espèces rencontrées, comme les carassins ou les perches, qui ne sont pas des espèces de rivière, viennent d’ailleurs certainement des étangs.


EthelinChatillon

Des mesures de gestion seront-elles mises en place à la suite des inventaires ?

- Avant cela, il nous faut réaliser un inventaire foncier pour connaître tous les propriétaires des rives. Ensuite, nous pourrons leur présenter les résultats des études qui ont été menées ainsi que notre projet de gestion.

Quelles mesures allez-vous préconiser ?

- L’objectif est de restaurer la rivière. Cela consiste à lever ou à aménager les obstacles à la circulation des poissons, à permettre à la rivière de retrouver son lit naturel et à éclaircir les boisements de rives. Légalement, ce travail incombe aux riverains et nous leur proposerons une sorte de guide de bonnes pratiques qui suggèrera par exemple de ne pas employer de désherbants chimiques en bord de rivière.

Certains propriétaires ne sont pas en mesure d’entretenir les rives. Que leur proposerez-vous ?

- Ceux qui le souhaitent pourront faire appel aux bénévoles de la Gaule châtillonnaise et aux équipes de la Fédération. Nous pourrons même établir des conventions de gestion si des propriétaires souhaitent nous déléguer l’entretien de leurs rives.

EthelinChatillon

L’objectif est également de sensibiliser à nouveau les habitants à la présence de l’Ethelin ?

- Bien sûr. Nous allons d’ailleurs installer des panneaux sur le chemin du Pâtis pour présenter la faune et la flore de la rivière. Nous aimerions bien à terme pouvoir rouvrir de petits sentiers au bord de l’Ethelin pour les pêcheurs et les promeneurs. Il y a une trentaine d’années, il y avait un petit chemin qui partait de Nancray et longeait la rivière jusqu’aux Crobasons, c’était une jolie balade.