Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

L’île à Gaston

Photo : François Hergott, Cen CVL
Contact

Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire
Antenne Loiret
3 rue de la Lionne
45000 Orléans
02 38 59 97 29
antenne45@cen-centrevaldeloire.org 
https://www.cen-centrevaldeloire.org

COMMENT Y ALLER ?

Deux sentiers balisés de 2 et 3 km, permettent de découvrir l’île à Gaston. Des panneaux d’information sur le site, la faune et la flore ponctuent les sentiers.
Le sentier de l’île à Gaston est inclus dans le sentier de promenade et de randonnée PR B6, également connecté au PR B7, dit de l’Obélisque. Les cartes de ces deux circuits sont disponibles auprès de l’Office de Tourisme.
Le site est chassé certains jours en automne et en hiver. Des panneaux situés aux différentes entrées informent des jours de chasse.
Pour accéder au site à partir de l'écluse de Mantelot, traverser l’écluse, suivre le chemin de halage en bord de Loire et poursuivre quelques mètres sur le chemin rural. L’entrée du site naturel est signalée par un panneau d’information.

Balade nature sur l’île à Gaston et fabrique de paniers

Publié le 6 octobre 2021

Samedi après-midi, une petite dizaine de personnes se sont initiés à la vannerie grâce à Tony Chevalier, animateur environnement du Conservatoire Centre-Val de Loire.

Sur le chemin de l’île à Gaston depuis Mantelot, le petit groupe, mené par Tony Chevalier a attentivement suivi ses recommandations pour reconnaître les plantes sauvages utilisables en vannerie, d’ailleurs présentes un peu partout, sur les bords de Loire. Il a montré les différents paniers que l’on peut confectionner selon leur utilité, des cageoles pour ramasser les pommes, des paniers ovales pour les champignons ou des mangeoires pour les oiseaux de la nature.
En vannerie, de nombreuses plantes sont utilisées : 
La clématite sauvage, appelée aussi herbe aux gueux qui est une sorte de liane dont on enlève les feuilles avant de la faire bouillir pour la rendre plus souple. Puis, l’écorce enlevée, la liane est facile à travailler et demeure résistante.
Le lierre, une des rares plantes fleuries en automne, donne aussi aux abeilles la possibilité de faire des réserves pour l’hiver.
L’orme champêtre.
La ronce bleue dont il faut enlever les épines avec un torchon pour ne pas se piquer les doigts. Après avoir coupée en deux la liane ainsi obtenue, on retire sa moelle ce qui permet de ne garder que la peau, ainsi devenue très résistante.
Le frêne.
Le cornouiller.
Le saule osier, le saule blanc.

Sur la petite plage de l’Ile à Gaston, les nombreux saules osier ont donné l’occasion à Tony Chevalier de passer aux travaux pratiques. Chacun a appris comment faire un rond avec une liane, comment assouplir les tiges en se servant du pli, devant le genou, appelé creux du vannier, comment poser une anse et des cotes résistantes afin de pourvoir combler le panier…
Forts de ces premiers enseignements, les futurs vanniers sauront occuper les soirées d’hiver dans la fabrication de jolis paniers.


L’île à Gaston

Publié le 29 septembre 2021

L’île à Gaston, près de Mantelot, est un petit coin de paradis, riche d’un boisement alluvial qui abrite au moins 106 espèces d’oiseaux. Une balade et une animation d’initiation à la fabrique de paniers sont organisées ce samedi par le Conservatoire d’espaces naturels du Centre-Val de Loire.

L’île à Gaston est un espace naturel protégé de 70 hectares en bord de Loire à deux pas de Mantelot. Riche d’un boisement alluvial remarquable, l’orme lisse y règne en maître. Cette forêt abrite au moins 106 espèces d’oiseaux dont le fameux guêpier qui fait la joie des photographes, 125 familles d’insectes et plus de 348 types de plantes. 
Apportant une touche de fraîcheur, le ruisseau de la Folie est le domaine du castor d’Europe et plus occasionnellement de la loutre. Les prairies sableuses sont, elles, le domaine des orchidées, comme l’Orchis brûlé, et de la Scille d’automne, toutes deux protégées au niveau régional. 
Ce site, préservé par le Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire, est aussi un lieu historique pour Châtillon. 
Ce nom d’île à Gaston, lui vient, en effet, de son propriétaire dans les années 1930, Gaston Durand, qui, soucieux de préserver son coin de paradis, protégea les berges de l’érosion par la plantation de nombreux saules des Vanniers et de peupliers noirs. La ville de Paris qui recherchait de nouveaux points de captage pour alimenter la capitale en eau potable, acheta le site avant d’abandonner le projet. Le conservatoire s’en est porté acquéreur en 1994 et propose chaque année depuis, de venir découvrir ce patrimoine châtillonnais lors d’animations grand public. 


L’île à Gaston de Châtillon-sur-Loire
L’île à Gaston de Châtillon-sur-Loire
L’île à Gaston de Châtillon-sur-Loire